Aller au contenu
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble

    • DHB

      HISTOIRE DE MARQUE-Avinton

      Par DHB, dans Dossiers

      L'exception à la française produit moins de 100 unités par an
      Des motos assemblées à la main autour d'un gros V-Twin de 1600 cm3, à partir de 34 000 € (en metropole)

      2011 : une nouvelle marque de motos françaises naît. Elle s’appelle Avinton… Mais pour être totalement honnête, il faudrait mieux parler de renaissance. Car ces motos ont eu une première vie, sous la marque Wakan, fondée par l’industriel français Joël Domergue, un nom qui n’est pas inconnu des spécialistes du deux-roues puisqu’il a également présidé à la création de la marque Scorpa, spécialiste de motos de trial.
      1999-2006, la préhistoire : la période Wakan
      Wakan a été pensé dès 1999 et la première moto a pris la route en 2006. Le concept tient en trois mots : minimalisme, performances, style. Le tout saupoudré d’une belle dose d’exclusivité et d’exception : ce qui est rare est cher, c’est fort logique.
      Là où Caroll Shelby avait réussi à faire entrer un V8 de 7 litres dans une auto de moins d’une tonne, faisant par là de l’AC Cobra l’une des voitures de sport les plus mythiques de l’histoire automobile, la Wakan ambitionne quasiment la même chose avec un gros V-Twin Smith & Smith de 1647 cm3, dans un châssis maniable et compact et un résultat tout simplement bluffant puisque avec 177 kilos à sec, la Wakan de 1600 cm3 est plus légère qu’une Suzuki Gladius, qui fait juste un litre de cylindrée de moins !

      Par rapport aux « Big Twin » Harley-Davidson de cylindrée équivalente, l’avantage du V2 S&S est double : il n’a pas de boîte de vitesse séparée, gagne donc en poids et en compacité et ses cotes sont carrées (alésage et course identiques à 10,6 mm, ce qui garantit puissance ET couple) : de fait, il délivre 120 vrais chevaux et plus de 15 m/kg de couple. Le châssis épouse le moteur au plus près, avec un empattement de 1380 mm et un angle de chasse de 21° (une Buell XB12, l’un des engins les plus compacts du marché, était à 1320 mm et 20°).
      Pour donner à sa moto un véritable comportement sportif ou en tous cas en phase avec sa posture de muscle bike, Joël Domergue ne transige pas sur les équipements de qualité : fourche inversée de 46 mm de diamètre, roues Marchesini à la finition alu (et au dessin identique à celui des jantes de la Cobra !), gros freins AJP avec disque de 340 mm de diamètre et étriers 6 pistons… On appréciera les deux entrées d’air sur le faux réservoir (le vrai est sous la selle), qui s’ouvrent à 2300 tr/mn et laissent respirer le gros V2 dans une ambiance sonore irrésistible.
      Hélas, les rêves industriels se concrétisent parfois difficilement et après quelques années de fabrication, l’entreprise Wakan est en grande difficulté financière.
       
      2011, le rachat et une gamme mieux structurée

      En 2011, donc, l’industriel Cédric Klein, jusqu’ici spécialiste en système thermodynamiques, ne peut pas accepter l’idée que la moto française de caractère puisse disparaître. Il reprend donc la marque et la rebaptise Avinton.
      Pour lui, une Avinton est un choix de vie, un amplificateur d’émotions positives. Ainsi, par rapport aux précédentes Wakan, la moto n’a pas profondément évolué, mais la gamme a gagné en lisibilité. L’esprit et le produit changent peu, même si les freins viennent désormais de chez Beringer.
      La gamme actuelle comprend 5 modèles et une série limitée, réalisée en hommage avec le préparateur Moto Corse et aux perspectives commerciales du marché japonais ; cette version est particulièrement soignée avec ses 25 couches de vernis, son échappement sur mesure en titane et ses pièces spéciales, qui justifient un prix de vente de 60.000 euros.
      L’Avinton est ainsi disponible dans 3 versions routières, Race, GT et Roadster que croisent 6 niveaux de finition (Original, Vintage, Deluxe, Grand Sport, Super Snake et Cult) et deux versions non homologuées, la Track Racer ainsi que la Collector Race R qui souffle 210 ch grâce à son turbo !

      Enfin, Avinton propose à ses clients de pouvoir éventuellement satisfaire leurs choix personnels sur la sellerie, les coloris, les jantes, l’échappement et la position de conduite, afin de se faire une moto sur mesure. Beaucoup de possibilités sont offertes, à partir de 34.000 €(prix métropole, soit environ 40.000 à la réunion) et la certitude de ne pas avoir la même Avinton que son voisin.
       
       
      2016 et après : une stratégie, l’internationalisation
      Aujourd’hui, Avinton vise de produire une centaine de motos par an et compte pour cela sur son développement à l’international, qui représente déjà 75 % de ses ventes. Outre la France, les motos sont distribuées en Angleterre, en Allemagne, en Suisse et au Japon. Des projets existent sur l’Inde et la Malaisie.
      En France, on n'a pas de pétrole, mais on a quand même des motos qui envoient sérieusement du pâté.
       
       
      Petit détail qui n'est pas abordé dans l'article d'origine, ce sont les délais de livraison. Ce n'est pas une moto grand public produite à plusieurs dizaines d'unités/heures. Elle est "faite-main"...il faut donc s'armer de patience si on en veut une (sans compter le temps de bateau).
       
      A la Réunion, la marque est distribuée par Street Run Garage à la Possession
      Contact: https://www.facebook.com/Street-RUN-Garage-1477652802541291/?ref=ts&fref=ts
      0693 44 27 43 / 0262 32 67 29  
       
       
       
      Article tiré de http://www.lerepairedesmotards.com/dossiers/constructeurs/avinton.php
       

    • DHB

      Recours contre BMW France

      Par DHB, dans News

      Salut à tous.
       
      Voici un petit article: http://m.motomag.com/Defaut-d-une-moto-action-de-groupe-de-proprietaires-de-R-1200-RT-contre-BMW.html?forcer_mobile=oui#.Vt67dIw3DqA
       
      Je résume. 
       
      Il y a eu un problème sur une gamme de BMW (les 1200RT).
      Les américains se sont vus proposés de très larges compensations (remplacement de la moto par un modèle plus cher, par un modèle d une autre marque,...)
       
      Les Français ont eu 500 euros de bon d achat valable un an.
       
      Les français sont pas contents.
      Pour plus de détails je vous invite à cliquer le lien

    • DHB

      ESTHETIQUE-Peinture sur pneu

      Par DHB, dans News

      Salut à tous,
       
      Je suis tombé sur un petit truc que je trouve sympa.
       
      La peinture sur pneu.

       
      Bien sûr on peut l appliquer sur les flancs, mais j ai même vu qu on pouvait l utiliser dans le rainurage du pneu.
      Je sais pas si c est légal, si ça va altérer la conduite ou autre. Mais pour les gens qui roulent peu et qui considèrent l esthétisme de leur bête avant les performance, ça peut être sympa.

       
      Les photos que J ai trouvé sont celles d un revendeur américain www.tirepenz.com 

      J ai essayé de trouver ça en france...pas moyen (trouvé uniquement pour les flancs mais genre 3couleurs....blanc rouge bleu?)
       
      Autant j ai pas tellement envie d essayer la version dans les rainures, autant faire un marquage personnalisé du flanc du pneu ça me plairait bien!
       
      Ps: Pour les mauvaises langues j ai mis des photos
       
      Pps: Ceux qui étaient à la fête des motards à ste Anne on déjà vu ça. 

    • Vincent
      Suite et fin de notre chronique de la VFR, des années 80 aux années 1990, puis au début de notre millénaire.
      La Honda VFR 800 VTEC (RC46 II)


      Nous sommes désormais en 2002 et la sport GT s’apprête à vivre une nouvelle métamorphose majeure dans son histoire. Le nom associé à la VFR à partir de ce jour est bien connu des motards : le VTEC.
      Préambule (j’aurais pu dire prélude en clin d’œil à la marque, les aficionados d’automobile comprendront) : Honda, qui est également connu pour ses voitures (et son matériel de jardinage), maîtrise depuis le début des années 1990 un système de contrôle électronique progressif de temporisation et d'ouverture des soupapes, soit en anglais « Variable valve Timing and lift Electronic Control », ou VTEC.
      Comme son nom l’indique, le VTEC permet d’ouvrir (ou pas, ou partiellement) les soupapes selon les conditions (le déclencheur étant le régime moteur). Si les modèles développés pour l’automobile (DOHC, SOHC et E) permettent de jouer sur les levées des soupapes, le système serait trop coûteux à transposer à l’identique que motos.
      La solution retenue, « l’Hyper Vtec » permet tout simplement d’autoriser l'action totale des 16 soupapes à un régime moteur donné. En clair : sous 6800 rpm, le moteur fonctionne en mode 8 soupapes. Passé ce régime, un système hydraulique (circuit d’huile séparé) actionne des ressorts qui maintiennent en place des coulisseaux qui bloquent les queues de soupapes. Les valves peuvent ainsi s’ouvrir et le moteur fonctionne en 16S.

      Honda a déjà implémenté le système sur la CB400 hyper Vtec depuis 1999.

      Il s’agit là d’un des nombreux modèles de petites cylindrées qui ont été réservés au marché Japonais et sud-est asiatique, personne ou presque en Europe ou aux USA ne souhaitant rouler sur moins de 600cc à l’époque (les choses changent avec le A2 de nos jours)
      Une sonorité plus rauque en bas, qui devient plus pointue et agressive une fois l’action des 16 soupapes effective, devient une spécificité de la VFR.
      Avantages : en mode 8 soupapes, le moteur est mieux rempli « en bas », la combustion est optimisée, les performances à bas régime sont donc meilleures et la consommation en baisse. A hauts régimes, en 16 soupapes, le moteur peut prendre tous les tours qu’un V4 de 800 cm3 issu de la compétition peut désirer.
      Inconvénients : la transition au passage des 6800 t/mn est un peu brutale et peut surprendre un pilote non averti. Mais plus grave, le régime de 6800 rpm est plus ou moins celui de croisière lors des virées autoroutières. Résultat : la moto hésite en permanence entre ses deux comportements, et chaque passage au-dessus ou en dessous du régime fatidique entraîne un à-coup désagréable d’autant plus pour une moto à visée sportive mais aussi routière !
      Autre changement notable, la VFR reçoit désormais une distribution par chaîne, adieu donc la cascade de pignons qui l’a rendue célèbre. Honda explique que cette modification permet de gagner 3 kilos sur la balance, et de rendre le fonctionnement plus silencieux.
      Pour finir avec le moteur de la belle, on note l’apparition de nouveaux injecteurs à 12 trous, au lieu d’injecteur monojets, comme d’habitude : meilleure pulvérisation = meilleure combustion = meilleur rendement.
      Esthétiquement on note que les pots mig migrent sous la selle. Le nouveau catalyseur HECS 3 est compatible norme euro 2, mais anticipe également la norme euro 3 à venir en 2006.
      La rigidité de la moto est encore améliorée (cadre plus épais, colonne de direction renforcée, fourche épaissie), son carénage redessiné sans renier la ligne de ces devancières, et la moto reçoit en option l’ABS.
      Pas de modifications en 2003, 2004 ou 2005 si ce n’est l’apparition et la disparition de coloris.
      Dernier changement dans l’histoire de la RC 46II en 2006 : le calage de la distribution est modifié pour rendre la transition du VTEC plus douce : le mode 16 S s’active à partir de 6600 tours, et ne repasse en 8 S que sous 6100.
      Les autres modifications jusque 2010, date de fin de commercialisation de la RC46 II, tiennent dans les coloris qui changent à chaque saison et de très légères modifications esthétiques.
      Puisque je suis l’auteur de cette saga, je me permets de mettre une photo de ma version préférée :

       
      BONUS :
      Pour ceux qui ont eu le courage de lire ces 3 sujets jusqu’au bout, je me dis que vous êtes vraiment motivés par la VFR, je vous offre donc un petit bonus :
      Variations autour du V4 90°.
      1987 - Honda VFR 750 R (RC30)

      Présentée en 1987 pour les courses d’endurance, la RC30 est équipée du moteur de sa sœur, modifié pour la compétition : carters en magnésium et bielles en titane.
      La moto est assemblée à la main, à raison d’une dizaine d’exemplaires; son carénage est réalisé en plastique renforcé de fibres et elle reçoit un monobras en alu en avant-première.
      Construite à moins de 5000 exemplaires au long de sa carrière (1987-1992), 621 ont été commercialisés en France au prix unitaire de 88577 Francs, soit l’équivalent de 22.022 Euros en prenant en compte l’évolution du pouvoir d’achat, ou encore le prix de deux (2 !) GSX-R 1100 de l’époque.
       
      1994 – Honda RVF 750 R (RC45)

      Si la RC 30 reprenait le moteur de la VFR, c’est à l’inverse la RC 45 qui a donné son moteur (et l’injection électronique) à la VFR RC 46.
      Destinée à remplacer en compétition la RC30, dont elle reprend des standards esthétiques, la RC 45 ne fera pas autant rêver, et même si son palmarès est respectable son aînée restera pour beaucoup l’arme absolue d’Honda.
      Pour info elle était vendue 150.000Frs à l’époque, soit l’équivalent de 31.000 Euros en euro ajusté.
       
      1994 – Honda VF 750 C Magna (RC43)

      Désireux de donner une héritière à la VFC 750 (baptisée « Super Magna » par ses fans) dont la production avait été arrêtée en 1988, Honda a choisi le moteur de la VFR 750 RC 36 pour équiper son cruiser.
      Résultat : un V4 de sportive dans un châssis de custom, soit un sept et demi capable de rivaliser en bas avec les 1200cc des gros choppers US, puis de devenir un point à l’horizon en ligne droite. Je ne sais pas si c’était le but, mais pour moi la VFC avait de quoi en remontrer à la reine des street drag : la V-Max.
      A ses performances jamais vues pour un custom mid size, un look avantageux et un bruit à faire tourner les têtes, il faut ajouter une tenue de route moyenne et un freinage léger : simple disque à l’avant, tambour à l’arrière. La VFC reste une moto unique, qui a encore une belle communauté de fans, et les exemplaires à avoir fait plus de 300.000km ne sont pas rares.
       1992 – Honda NR 750

      Un modèle à part dans l’histoire de Honda, la NR (New Road) mérite d’être mentionnée ici car elle embarque un V4 de 750 cc.
      Si la VFR est une vitrine technologique pour les motos de série, la NR est une vitrine tout court. Pas moins de 200 brevets ont été déposés lors de la conception de cette machine à rêve. Elle propose notamment du jamais-vu, comme des cylindres et pistons de forme ovale ! Pour faire vivre tout ça, 2 bougies et 8 soupapes/cylindre soit un moteur de 32 soupapes !
      Tout est réglable dans tous les sens, les jantes sont en magnésium, le carénage en carbone, la bulle traitée au titane, les pots en inox remontent sous la selle, c’est une moto de passionnés qui hérite de 15 ans de recherche.
      Ce rêve a un prix, la moto est fabriquée à raison de 3 exemplaires par jour, seuls 34 arrivent en France et la moto est vendue pas moins de 375.000 Frs à l’époque (+ de 80.000€ actuels).
      Pour l’anecdote, Yves Rénier (commissaire Moulin) en était un heureux possesseur et la moto a  fait quelques apparitions dans la série. La légende dit que l’assureur de la série ayant  refusé de couvrir une moto si rare, c’est une VFR maquillée qui est réellement apparue.

      Si vous m'avez lu jusqu'ici, vous méritez un bonus bonus, une vidéo qui fera peut-être couler une larme sur votre joue: le déballage d'une RC30 et d'une NR750 neuves.
       

    • Vincent
      Suite de notre chronique sur le modèle sport GT de Honda, la VFR :
       
      1998 : Bye Bye Carbus ! (RC 46)

       
       
      A l’aube des années 2000, le climat est devenu une source d’inquiétude et la norme Euro 1, dévoilée en 1992 et applicable aux automobiles dès 1993, s’apprête à être étendue aux motos de plus de 50 cm3 à partir de 1999.
      La marque ailée devra donc concilier le respect des normes en vigueur et à venir à son cahier des charges sport GT. Notre héroïne, dont la dernière version remonte à 1994, souhaite rester à la tête de la technologie moto, il est donc temps de repartir d’une feuille blanche.
      L’arrivée de la gestion électronique de la combustion, donc des émissions, commence à s’imposer dans le monde moto comme auparavant dans le secteur automobile.
      A savoir : Honda a déjà joué aux apprentis sorciers par le passé, avec les Honda CX Turbo (500 et 650) et si ces modèles n’ont pas rencontré leur public (la faute à des performances limitées aux hauts régimes et un prix prohibitif), les recherches sur l’injection programmée d’essence (PGM-FI) serviront de base au développement de tous les systèmes d’injection qui équiperont leurs motos à l’avenir.

      source wikipedia
      Au revoir donc les carburateurs, la nouvelle VFR 800 FI (pour Fuel Injection) voit le jour en 1998. Son moteur est issu de la RVF (RC45, on en parle plus tard) et cube désormais 781 cm3.
      Mais Honda ne s’est pas contenté de mettre un nouveau moteur dans un cadre existant, comme je le disais plus haut les ingénieurs repartent de zéro et la nouvelle VFR ne lésine pas sur les nouveautés :
      Le monobras maintenant en alumimium coulé pour plus de rigidité, s'insère dans les carters du moteur, en ne nécessite plus de platines pour rattacher le bras oscillant au cadre. Double avantage: gain de poids non négligeable et isolation physique de la colonne de direction et du bras oscillant.
      Le freinage AV/AR est désormais couplé, grâce au Honda Dual CBS qui équipe également à la même époque la VTR 1000 et la CBR 929 RR Fireblade.
      Installation d’une nouvelle fourche à cartouches HMAS (Honda Multi Action System)
      Apparition de deux radiateurs latéraux (au lieu d’un seul, frontal) qui permettent un meilleur refroidissement et un aérodynamisme accru en réduisant la surface.
      Et bien sûr, l’injection électronique qui, pour ceux qui se poseraient la question, est de type « Multipoint Séquentiel Phasé ».
      un injecteur par cylindre (multipoints), chaque injecteur débite à tour de rôle (séquentiel) durant la phase d'admission du cylindre concerné (phasé).
       
       
      Pas d’évolution en 1999, si ce n’est l’apparition du coloris jaune et du coloris bi-ton 50ème anniversaire qui sera le seul modèle historique de VFR susceptible de mettre @lancien et @vAx d'accord.

       
      Coloris hommage à la RC 166 (6 cylindres de 250cm3) championne du monde 1966 avec Mike Hailwood

      Le millésime 2000 recevra quant à lui quelques modifications : échappement catalytique et sonde à oxygène (« sonde lambda ») qui complètent le « Honda Exhaust Control System – HESC3 » permettant à l’électronique de corriger la richesse en temps réel.
      Une commande d’embrayage plus douce est également au programme, ainsi que le fameux HISS : Honda Ignition Security System, ou système de sécurité au démarrage : la fameuse clé codée dont l’absence rendra, un jour, impossible le démarrage d’une VFR (rouge) dont la clé aurait dû être refaite suite à un bris inopiné (exemple pris au hasard).  
      La VFR ne connaît pas de modification en 2001, c’est en 2002 que la VFR 800 vivra sa dernière métamorphose, encore une innovation du nom de VTEC… Sujet de la suite de notre saga ici..

  • Instagram Motards.re

    • @motards.re par delà les …
      1   85
    • Assez peu de nouvelles ac…
      92
    • #DYNAmite 🔥🔥🔥 -----------…
      3   74
    • #wheeliewednesday -------…
      4   142
    • Petit souvenir des shows …
      7   117
    • #GreenPower Merci @drago…
      3   133
    • 🔥🔥🔥 ------------ Motards.…
      6   49
    • Les sportives ont repris …
      117
    • Concentration Motards.re…
      1   83
    • Marre des photos de sport…
      6   110
  • Évènements à venir

    Aucun évènement à venir trouvé
  • Inscription, connexion

    Nous rejoindre ?

    S’inscrire
  • Sur le forum

    • Bonjour tout le monde,      Je vends ma moto Vulcan S de chez Kawasaki bridée A2 quasi neuve (8000km). Moteur ER6-n très fiable et agréable à conduire surtout pour les jeunes permis.   Achetée en janvier 2017 et encore en garantie jusqu'en janvier 2019. Entretiens chez le concessionnaire et toujours en garage couvert. Avec une grande gamme d'accessoires que je vends avec: 1 tourne roue à cylindres, une béquille d'atelier, produits d'entretiens chaine (il en reste plus beaucoup) et la brosse, siège passager (de série), kit support topcase, un topcase de 37L (assez grand), bloque disque certifié SRA, liquide de nettoyage jantes et une sissy bar.
      La moto est disponible de préférence mi/fin décembre pour la somme de 8900€. Possibilité de la voir sur la saline les bains   Merci et bonne route!   Tato
    • Salut à tous.   Je me sépare de ma Triumph Speed Triple de fin 2011. Elle totalise un peu plus de 32000km (presque pas évolutif). Elle n'est pas dotée de l'ABS. Elle est équipée: double sortie Titane Arrow, rétroviseurs Lightech, sabot moteur et capot de selle (non présent sur les photos).  Entretenue chez PowerBike à Saint-Gilles-les-bains. Dernière visite en Avril 2017 (à 30000Km). Les factures sont disponibles. Les consommables sont en très bon état.   La moto tourne comme une horloge. Pas de problème depuis que je l'ai (achetée à 8000km en 8/2014) si ce n'est une batterie. C'est une seconde main.   Prix demandé: 8500€ Negociable La moto est visible dans le Sud Contact --> Tel: 0692 00 24 57 ou par Mail: xofjgh@gmail.com (Demandez Julien)   Motif de la vente: J'ai acheté une KTM 1190 Adventure (avec un beau Top-case) pour remplacer la Triumph vu que la moto est devenu mon moyen de transport principal (faut vraiment être taré pour mettre un Top-Case sur une Speed xD).      
    • Je confirme que normalement la  796 est bridable A2. Au niveau de la procédure c'est pas très compliqué, il faut qu'ils prennent quelques photos et renseignements sur la moto pour envoyer à Ducati qui leur fixe un jour de rendez-vous où la clé UMAP est accessible au téléchargement pour ensuite venir l'upload sur la moto. En tout cas si ça fonctionne comme pour la 821 c'est comme ça.
    • J'ai vu avec Sogecore Saint-Pierre, la commerciale m'a assurer que c'était pas possible alors que le service technique m'avais dit pas de problème ... ils n'ont pas le même son de cloche du coup je vais continuer voir avec les concessions de saint-paul et de saint-denis... on verra bien je croise les doigts, du coup j'appellerai aussi Top Moto, merci pour le numéro !   Je ferai un retour sur le sujet dès que j'aurais épuiser toute les pistes !    Merci encore.
    • Bonjour,   tu dois voir avec un concessionnaire de la marque. Appelles Top Moto au tel:02 62 24 25 78 et éventuellement Sogecore pour avoir une idée des tarifs.
    • Bonjour à tous,    J'ai regardé un peu sur internet et j'ai vu que les Ducati HM et monster 796 ont la possibilités d'être bridées en 47.5ch.   Je me demande alors vers qui m'orienter pour réaliser ce bridage ? Suis-je obligé de m'orienter vers la maison mère ? Bref, savez-vous comment dois-je procéder ?    Je suis très intéressé par l'achat d'un Ducati HM 796 d'occasion, c'est mon gros coup de cœur ;-). Avant tout achat je souhaite me renseigner au maximum sur le sujet.   Merci pour votre aide
    • C’était l’une des conditions pour ma location.  Du coup j’ai cette chance d’avoir un box. 
×