Aller au contenu
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble

    • DHB
      Depuis plusieurs mois maintenant, nos essais sont publiés dans le magazine gratuit CARBON-Belles Mécaniques (auto/moto/tech/montres). Et cette dernière parution ne déroge pas à la règle!
       
       
       
       
       
       
       
       

       
      Dans ce numéro 11, la part belle est faite à la moto avec un dossier consacré entièrement aux ventes de bécanes à la Réunion ainsi que des interviews exclusives des patrons de concessions locales.
       
      Vous y (re)découvrirez nos essais de la Triumph Thruxton 1200 (Lien vers l'essai complet Motards.re Essai de la Triumph Thruxton) et du Quadro4 (Lien vers l'essai complet Motards.re Essai du Quadro4), mais aussi les dernières nouveautés arrivées à la Réunion dans les semaines passées.
       
       
              
       
       
       
       
      La onzième édition est désormais disponible dans les points de distribution habituels (concessions auto et moto, certaines stations service...). 
      Mais ils ont aussi pensé à ceux qui n'ont pas envie de se déplacer, le magazine peut être lu en ligne en cliquant le lien suivant:
      http://en.calameo.com/read/0046147739b702a778a16
       
       
      Les précédentes parutions peuvent être consultées gratuitement aux lien suivant:
      CARBON7: L'annonce du partenariat Cliquez ici
      CARBON8: A l'essai? La BMW R1200RS et la Harley-Davidson Roadster 1200 Cliquez ici
      CARBON9: Retrouvez nos essais de la BMW S1000XR ainsi que celui de la Harley-Davidson Low Rider S Cliquez ici
      CARBON10: Une petite rétrospective de la Montée Panon Historic avec quelques clichés d'ancienne bien vigoureuses (article original Carbon). Et notre avis sur la BMW NineT Scrambler et la KTM SuperDuke GT Lien vers Calameo
       
       

    • Vincent
      On commence avec la vidéo de notre essai:
       
       
      Tendance forte du marché actuel, les néo-rétros piochent allégrement dans les standards esthétiques des années 60.
      Mais s'il est une marque qui a toute la légitimité de proposer des motos old school, c'est bien Triumph: la firme britannique propose en effet depuis 115 ans des motos taillées pour les performances. Et la Triumph Bonneville, à l'origine du café racer qui nous intéresse aujourd'hui, arpente les routes depuis 1956.
       

       
      C'est toute l'expérience de Triumph que l'on retrouve dans la Thruxton, et nous avons pu constater, en laissant la moto garée le temps de nos prises de vue, qu'elle suscitait un vrai intérêt chez les passants.
      Il faut avouer que son esthétique peut tromper l'oeil non averti. Bi-cylindre parallèle typique de la Bonneville 1200, fourche à soufflets, guidons bracelets, clignos et pots chromés...l'attention au détail va jusqu'aux faux carbus, et à la selle à bourrelet qui ne dépareilleraient pas sur une "vraie" ancienne.
       
      Le radiateur, le freinage intégralement à disques (doubles à l'avant et simple à l'arrière) et le feu de jour à LED renseignent toutefois sur le caractère résolument moderne de la Thruxton. Tout comme l'ABS, l'anti-patinage ou le ride by wire. Et si un doute subsistait, il s'envole lorsque l'on s'intéresse aux équipements proposés: ordinateur de bord plus que complet qui informe le pilote sur les trips, l'autonomie, l'heure, le rapport engagé et la consommation en temps réel. Une pression sur le bouton adéquat permet également de passer d'un mode de pilotage à l'autre: RAIN, ROAD ou SPORT. On retrouve même une prise de charge USB sous la selle! Moderne, on vous dit!
       

       
      Toute cette technologie reste cachée (avec succès) derrière un look qui a fait l'unanimité auprès de la team d'essayeurs: la moto est basse, longue et aussi racée qu'on peut l'attendre. Les finitions sont excellentes, et aucun fil électrique, aucune durite mal cachée ne vient gâcher le tableau, la moto est épurée au maximum.
      Le moteur T120, issu de la Bonneville 1200 et qui a été retravaillé pour proposer 97 cv et un couple bien plus élevé grâce à un vilebrequin allégé et une boîte à air spécifique, reçoit un très joli traitement qui alterne les surfaces noir mat et acier poli. La moto arbore également de nombreuses pièces chromées (clignos, tours de phare/compteurs et la magnifique double ligne d'échappement) et de superbes jantes (de 17") à rayons en alu poli. La peinture pailletée, la bande bi-ton (argent et champagne) du réservoir ou encore le gros bouchon d'essence poli, comme les rétros embout de guidon et le support de phare, montrent que les designers se sont fait plaisir sur les détails.
       
      Vous l'avez compris, elle est belle. Est-elle sympa à piloter?
       

       
      Lorsque l'on enjambe notre moto d'essai, sa selle creusée et son réservoir très échancré confirment l'impression initiale: c'est suffisamment  bas pour que tous les profils de pilotes soient à leur aise, les pieds bien à plat. La béquille est très droite, pas de difficulté à redresser la moto. Les guidons demi-bracelet peuvent dérouter les premières secondes, mais les commandes tombent très facilement sous les mains. D'une pression sur le démarreur (pas de kick!) le bi se met en route et son premier ronflement est prometteur. La première passe en douceur, et on constate que l'embrayage assisté est vraiment très doux.
      Les jambes sont repliées, sans que la position soit inconfortable même pour un essayeur d'1.85m. Dès les premiers tours de roue on sent que la moto est très équilibrée, même à basse vitesse. Le moteur reste souple dans les bas régime, et l'impression de facilité est renforcée par l’accélérateur qui permet de doser les gaz avec une grande précision. Le rayon de braquage est satisfaisant, permettant les demi-tours  aisés.
       
      Les suspensions filtrent bien le moindre relief, et la fourche, bien que classique, participe à l'équilibre de la moto. Les pilotes un peu lourds, ainsi que les adeptes du duo (selle bi-place en option) pourront raffermir l'amortisseur arrière pour éviter un léger pompage.
       
      C'est lorsque l'on pousse le moteur dans les tours que l'on se rend compte de la vraie différence entre les modes ROAD et SPORT. Déjà coupleux dans la première configuration, le twin se révèle extrêmement volontaire dans ses montées en régime une fois en SPORT. La sonorité devient également un peu plus rauque, et les pétarades à la décélération encore plus audibles: la ligne d'échappement n'est pas seulement belle, elle est aussi au service de la sportivité (sonore).
      La commande de gaz nous est apparue comme particulièrement réactive; Dans la tranche des 2000 à 5000 tours, chaque flexion du poignet droit entraîne une réponse instantanée: de la vivacité mais aucune brutalité. On comprend alors pourquoi les ingénieurs de Hinckley n'ont pas cherché la surenchère côté puissance, et ont préféré retravailler un moteur qu'ils connaissent déjà sur le bout des doigts. +62% de couple par rapport au modèle précédent!
      Que nos lecteurs qui auraient des doutes quant à l'agrément d'une moto de moins de 100cv se rassurent donc: les sensations sont bel et bien présentes, et pour être honnêtes on en redemande!
      Le moteur est expressif, et cela se traduit par une tendance à chauffer l'arrière de la cuisse droite du pilote. Rien d'insupportable mais suffisamment marqué pour qu'on le sente même en roulant à plus de 100 km/h.
       

       
      Les freins nous ont surpris par leur progressivité, 3 testeurs sur 4 étant habitués à un freinage radial de roadsters sportifs, extrêmement mordant. Passée cette surprise, nous avons pu constater que les doubles disques sont parfaitement suffisants pour freiner les ardeurs de notre café racer. En utilisation dynamique, l'ABS n'est jamais venu jouer les trouble-fêtes. Il est par ailleurs dé-connectable.
       
      Dans la pure tradition du cafra, les guidons bracelets obligent à supporter le poids du corps sur les poignets lors des manœuvres. Le confort est toutefois amélioré par leur position relevée au dessus du réservoir. On soulagera également les bras en adoptant une position en appui sur les jambes, les repose-pieds et la selle permettant de se caler vers l'arrière dès que l'on roule.
       
      La boîte de vitesse est un peu bruyante, mais la sélection des rapports reste extrêmement douce et précise: aucun a-coup, aucun point dur ou faux point-mort n'est apparut lors de notre essai. Les suspensions sont largement adaptées pour l'usage qu'un propriétaire de Thruxton pourrait avoir de sa moto: de la balade dynamique, qui privilégie la recherche de trajectoire plus que l'arsouille pure.
       
      A ceux qui souhaitent un usage plus radical, Triumph propose la version "R" de la Thruxton, qui se différencie principalement par sa grosse fourche inversée réglable Showa, ses amortisseurs à cartouches Öhlins, et un freinage radial Brembo à l'avant. S'y ajoutent des pneus Pirelli Diablo Rosso Corsa (contre des Metzeler sur le "classique") et des détails esthétiques comme le capot de selle, le traitement anodisé du bras oscillant et des finitions et coloris spécifiques.
       
      Triumph propose également un catalogue de 160 accessoires pour personnaliser davantage la Thruxton et en faire le cafra de vos rêves.
       

       
      Nous n'avons pas pu tester la moto en duo: le café racer étant destiné à faire le bonheur de son propriétaire, il est forcément un peu égoïste et la configuration bi-place n'est disponible qu'en option. Pas de repose pieds, pas de poignées et surtout pas de selle pour un passager sur notre modèle d'essai! Nous ne doutons pas que le 1200 reste agréable en duo, à voir si les genoux du passager ne sont pas trop exposés à l'évacuation d'air chaud.
       
      En conclusion, Triumph nous présente ici un modèle parfaitement abouti, qui saura répondre aux attentes de tout amateur de belles motos qui soient également utilisables au quotidien. Grâce à son équilibre parfait, sa hauteur de selle et sa capacité à mettre le (ou la) pilote immédiatement à l'aise, la Thruxton est vraiment accessible à tous; Elle plaira aux motardes et aux motards qui souhaitent une ligne intemporelle avec des spécifications modernes. Plaisir d'esthète, mais aussi de pilote qui ne juge pas une moto à la puissance qu'elle développe, mais aux sensations qu'elle délivre.
       

      La team des essayeurs du jour, de gauche à droite: @MissDHB , @DHB, @Vincent, @Petcho
       
      On a aimé:
       
      Le look et la finition, sans fausse note
      Les prestations tout à fait modernes
      Le tableau de bord complet
       
      On aurait préféré:
       
      Une meilleure élimination de la chaleur
      Une petite concession au duo, même symbolique (des cale-pieds)
       
      Vous souhaitez vous faire votre propre opinion? Contactez Moto2000 (coordonnées ci-dessous). Et venez nous dire ce que vous avez pensé de cette moto!

      Crédits photos: Maxime Haugomat et Sarah Tayllamin pour motards.re - tous droits réservés.









       
       

    • DHB
      Le jeune pilote Christophe Ponsson créé malgré lui une polemique autour d'une de ses chutes. 
      En effet, sur son compte Facebook, il publie les photos de son casque après son crash à l'entraînement du 22 Février 2017.
       
       
       

      Christophe Ponsson n°23. Les filles (et certains garçons) retenez vos hormones, on sait qu'il est beau, mais pas que! 
      Son palmarès: http://www.worldsbk.com/en/rider/Christophe+Ponsson
       
       

      Via un communiqué sur les réseaux sociaux, il déclare:
      "J'écris ce post suite à une chute hier sur circuit en entraînement. Réfléchissez bien au casque que vous mettez sur votre tête, la sécurité n'a pas de prix . Comme vous pouvez le voir sur les photos je peux remercier Shark de m'avoir évité le pire en amortissant le choc frontal que j'ai eu avec la moto. C'est un morceau de la boucle arrière qui est planté dans le casque. La moto à tapé dans le mur et est revenu dans ma trajectoire j'ai tapé lancé la tête la première dans la moto. Je m'en sors " seulement "avec un trauma crânien et quelques points de sutures à la tête, le dos tout bloqué et comprimé et peut être une fracture à une vertèbre à confirmer. Comme je le disais la sécurité n'a pas de prix il ne faut pas jouer avec ça. [...]"
       
      Sur ces clichés on peut voir son casque Shark (nouvellement sponsor du coureur français en SuperStock 1000) perforé par ce qui semble être un fragment de boucle arrière de sa moto.
      Le pilote s'en est sorti "pas trop mal" étant donné la violence de l'impact.
       
      (Lien vers la publication initiale)
      https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1230181910351231&substory_index=0&id=568474743188621
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
      La polémique autour de cette publication vient surtout des commentaires. Beaucoup pense que le casque n'aurait pas dû se rompre aussi facilement, d'autres disent qu'un casque d'une autre marque n'aurait pas cédé à ce point et enfin certains affirment que le Shark a fait son taff.
      Certains  (trolleur ou hateurs, au choix) l'accusent même d'être tombé exprès pour faire de la pub à Shark.
       
      Que pensez-vous des dommages infligés au casque?
      Pensez - vous qu'avec une autre marque le résultat aurait été différent? Pourquoi?
      Vos avis nous intéressent.
       
      Pour plus d'informations sur les casques, je vous invite à consulter notre dossier special (qui date des débuts de Motards.re, pardonnez la qualité "approximative")
      http://www.motards.re/accueil/dossiers/dossier-casque-partie-2-les-types-de-casque-r42/
       
      Photo du 4 Février 2017. Réception du casque: la marque française Shark est tout fraîchement sponsor du pilote.
      Probablement l'un des premiers entraînement avec le Shark (Christophe Ponsson, n°23).

       
      Plus d'informations sur le pilote
      Son site:
      http://www.christopheponsson.com
      Sa page Facebook:
      https://www.facebook.com/ChristophePonsson23/
       
       

    • DHB
      Est-ce une moto? Un quad? Une voiture? Le Quadro 4, c'est tout et rien de tout ca à la fois: une espèce hybride de véhicule urbain.
      On voit déjà les motards purs et durs s'indigner de voir une telle machine sur Motards.re, à ceux là nous disons: cliquez ici 
      Maintenant que seuls les intéressés suivent, nous allons pouvoir commencer.
      La vidéo du Quadro4 en action est à retrouver en bas de page.
       


      En guise de préambule, parlons de Quadro. Une marque assez peu connue chez nous, mais qui est importée dans plus de 20 pays, avec plus de 500 revendeurs. Son créateur, Lucino Marabese, n'est autre que le papa du concept du "train avant à deux roues et parallélogramme" utilisé sur....les Piaggo MP3.
      C'est une marque d'origine Suisse spécialisée dans la mobilité urbaine avec des véhicules à 3 ou 4 roues inclinables se basant sur une technologie d'amortissement brevetée: HTS (Hydraulic Tilting System) qui permet une accroche à la route de haute volée ainsi qu'une grande stabilité. Grâce a cette technologie, le véhicule peut se tenir droit sans assistances électroniques. Pour se faire, la pression sur le frein comprime un liquide à l'intérieur des stabilisateurs et le Quadro tient droit: simple non?
      Maintenant que les présentations sont faites, attardons nous sur le Quadro 4.
       


      La ressemblance avec les scooters et autres tricycles à moteurs s'arrête uniquement à l'allure générale. Pour le reste, le Quadro à une face avant avec des lignes plutôt agressives  (même si sous un certain angle on dirait un visage de cartoon qui sourit).
      Le design global est réussi, surtout avec des codes repris du monde de l'automobile. Grosses jantes noires à motif stylisé qu'on croirait presque issue d'une petite auto sportive à 4 roues (seule la taille trahit sa provenance-14pouces), feux et clignotants à LED...
      Seul ombre au tableau, les quelques diodes inclues dans les blocs phares: on aurait préféré une belle ligne de LED à l'instar des éclairages diurnes des voitures d'aujourd'hui. 
      Mais à part ça, ... pas grand chose à redire sur l'esthétique  (on vous laisse juger de vous même).
       

       


      Oubliez vos réflexes de motard. Cet engin est différent. Laissez votre corps comprendre la dynamique du Quadro et vous vous en sortirez très bien.
      D'ailleurs il vous faudra certainement plus qu'un quart d'heure pour vous faire un avis objectif sur le Quadro: c'est pour ça qu'à Boutik Moto les essais sont plus longs qu'ailleurs (renseignez vous pour les disponibilités des essais).
      On vous dit ça, parce qu'il nous a fallu un moment d'adaptation. A basse vitesse, il est mieux de garder la main gauche sur le frein et tourner le guidon dans le sens où on veut aller.
      Si on lâche le frein trop tôt, le Quadro à tendance, comme une moto, à se pencher du coter opposé dans lequel tourne le guidon (contre-braquage).
      Quand on utilise le freinage (couplé d'arrière en avant), celui-ci permet de stabiliser le véhicule, ce qui l'empêche de s'incliner aux mouvements du guidon et de tourner d'avantage comme une voiture (ou un quad), grâce notamment au HTS (Hydraulic Tilting System) décrit plus haut.
      Dès qu'on prend assez de vitesse, le Quadro a 4 roues mais se dirige à peu près comme une moto. Il va ou le regard se pose.

      Une fois ce premier cap passé, les 350 cm3 du Quadro sont suffisants pour nous faufiler en ville. Note: Il vous faudra un peu de temps pour s'adapter au gabarit  (un tantinet plus large qu'un maxi-scoot genre Burgman).
      Grimper sur les bordures devient un jeu d'enfant. Et on peut même garer le Quadro sur des surfaces inégales: il suffira pour ça d'actionner le levier prévu à cet effet (blocage des roues+stabilisateur).
      En ville, nous avons été agréablement surpris par le rayon de braquage réduit: on tourne très court....
       


      Et n'ayez pas peur de prendre de l'angle. Avec ses quatre roues le Quadro n'a jamais amorcé l'ombre d'un décrochage et ce, même lorsque l'angle maximal a été atteint.
      A ce propos, même dans des conditions d'adhérence très précaires  (parking en terre du pic du diable et en gravier à la rivière d'abord) le grip ne faiblit pas. Attention néanmoins, les deux roues arrières sont fines et s'enfoncent sur terrain meuble ce qui, à vrai dire surprend mais ne déstabilise pas: on garde les gaz et la moto progresse gentiment.
      De même sur les freinages qui se montrent très rassurants. Même si nous vous déconseillons de serrer le levier gauche de toute vos forces, sur l'angle sur le parking du pic du diable (cf video)
      Dans ces situations extrêmes d'adhérence très précaires  (sable, gravier, terre) il vous faudra être doux sur les commandes car pas de contrôle de traction ni d'ABS: pas vraiment un problème en conditions normales d'utilisation mais il vous faudra garder ça en tête lors de vos escapades hors goudron.
       



      Pour une utilisation urbaine du Quadro, le point noir est la taille du coffre. Il ne peut contenir qu'un intégral. Certes, le coffre est rétro éclairé, à une ouverture automatique (qui peut s'utiliser moteur éteint ou allumé), et est doté d'une prise 12v avec port USB...Ce qui ne résout pas le problème de place mais se montre très pratique.
      Cette restriction d'espace de stockage est dûe au moteur qui a été placé de manière centrale à cause des deux roues motrices à l'arrière (entraînée par courroies).
      Gardez alors en tête qu'un top case existe pour ce modèle (disponible en accessoire au prix de 399€). Et du coup... Plus de problème d'espace!

      Au chapitre de la praticité, le Quadro est simple mais efficace. Deux prises 12v une située dans le coffre l'autre dans un compartiment à l'avant (qui semble être étanche!). Un autre rangement, qui lui n'a pas l'air waterproof (mais on peut se tromper).
      Le tableau de bord dispense les informations classiques: compteur de vitesse, compte-tours, heure, trips... Et température extérieur. Si la dotation nous paraît suffisante, nous aurions préféré un désigne plus moderne, davantage en adéquation avec le style général de la machine.
       

       
      La ville c'est bien, mais comment ce comporte le Quadro en dehors?
      Sur les petites routes de la ligne des bambous, l'hybride moto/quad s'en sort très bien. On prend même plaisir à le mettre sur l'angle sur les voies viroleuses. Si les suspensions nous ont parues un peu sèches en ville, elles se montrent très efficace dans cette utilisation: elles permettent un bon grip, surtout associées aux quatre roues.
      Le bémol en peri-urbain est la puissance du Quadro. Les 90km/h sont atteints sans mal, on peut sans trop d'efforts tenir les 110km/h... mais pour aller au dessus (pratiqué sur route fermée ) ça prend du temps.
      Pour ceux qui pensent utiliser le Quadro pour relier le Nord au Sud par la 4 voies, sachez que c'est tout à fait possible (surtout qu'il est assez confortable sur voie rapide avec sa bulle et sa positon de conduite décontractée) mais gardez en tête que les dépassements au dessus de 110km/h risquent de réclamer un peu de patience de votre part...mais votre permis vous dira merci.
       
      Globalement, le Quadro est une bonne idée pour celui qui cherche un véhicule urbain à conduire avec le permis B, qui permet aussi de sortir de la ville et d'emprunter les voies rapides. Le tout, en gardant 4 roues.
      L'équipe de Motards.re conseille aux automobilistes qui envisagent le Quadro 4 de se familiariser suffisamment avec le véhicule avant de s'aventurer dans des manœuvres dans des espaces réduits  (interfile, etc..). Nous irons même à vous inviter à vous former auprès de moto-écoles afin de maîtriser les rudiments du 2 roues  (qui s'appliquent aussi au Quadro): à savoir slalom, freinage d'urgence, évitement...Pour pouvoir vous déplacer en toute sécurité.
       
       
      Intéressés par le Quadro 4? Allez l'essayer chez Boutik Moto à  Saint-Pierre.
      8 Rue Luc Lorion 97410 Saint Pierre
      Tel: 02.62.34.74.46
      https://www.facebook.com/boutikmoto974/ (page Facebook)
      https://www.facebook.com/boutikmoto (profil Facebook)
       
       
       

       
       
       




    • Vincent
      Salut à tous,
      Vous connaissez les Starter Packs? Des montages qui évoquent, en quelques images, un  concept connu des lecteurs.
       
      Nous avons décidé de créer les nôtres, en espérant qu'ils vous feront sourire et vous dire "hé mais en fait c'est vrai".
       
      On commence avec le Starter Pack "Je suis profession libérale dans l'ouest".

      Je vous laisse le modèle en dessous pour que vous puissiez nous proposer les vôtres
       

       
       

  • Instagram Motards.re

    • #wheeliewednesday -------…
      4   139
    • Petit souvenir des shows …
      7   115
    • #GreenPower Merci @drago…
      3   132
    • 🔥🔥🔥 ------------ Motards.…
      6   49
    • Les sportives ont repris …
      117
    • Concentration Motards.re…
      1   83
    • Marre des photos de sport…
      6   110
    • On reprend les bonnes hab…
      1   131
    • BMW S1000XR en plein chil…
      104
    • Sortie en famille. 👀 #Tri…
      2   127
  • Évènements à venir

  • Inscription, connexion

    Nous rejoindre ?

    S’inscrire
  • Sur le forum

    • Bonsoir,
      C'est vrai que la main droite est mise à l'épreuve pendant les longs trajets ( merci la route des Tamarins ), du coup je dirais pas non si quelqu'un a une alternative fiable (Omni-Cruise à voir). Parce que Saint-Denis - Tampon tous les jours c'est fatiguant pour le poignet ( bon j'ai 20 ans, mon poignet a plus souffert que ça auparavant, mais je suis pas sur le bon forum pour en parler  ), bref je m'égare, il est tard.  
    • Ton utilisation sera certainement différente de la mienne vu qu'à tes horaires le trafic est probablement plus fluide qu'aux miens MAIS pour ma part garder une vitesse constante sur 4 voies en conditions normales de circulation est quasiment impossible. Entre les accélérations pour s'insérer avant qu'une voiture double, ou pour passer quand un automobiliste sympa se met limite au fossé pour nous laisser le doubler, les gros ralentissements parce qu'un camion déboite ou une caisse s'insère... sans parler des changements de rythme juste pour pas s'endormir... bref tout ça fait que la vitesse pour ma part n'est jamais fixée. Avant de penser à mon poignet, j'ai cherché des solutions pour mon dos (problème résolu avec ton top case) ou des pneus avec une durée de vie adaptée à mon utilisation. Ou encore un casque qui reste supportable sur ce genre de trajets (d'ailleurs faudrait que je fasse un CR de mon nouveau casque). Bref de vrais éléments de confort pour les gros rouleurs, pas des trucs de fragile lol 😂   
    • C'est moi ou le forum n'envoyait plus trop de notifications?? ben pour ma part c'est vrai qu' a un moment donné, on en parler et à l'époque  le seul truc que j'avais trouvé , c'était ca, mais ca faisait pas vraiment cruise control:   mais après en cherchant de nos jours, j'ai trouvé d'autre solutions:   mais je sais pas comment ca marche exactement   et j'ai trouvé un autre modèle plus petit qui lui en appuyant sur le frein se désactive:     donc voila
    • Bien merci à toi oui je vais aller voir, je vous tiendrai au courant dés que je peut vous accompagner de nouveau sur nos belles routes
    • Salut Matt et welcome back   VMC a St Denis vient de rentrer un stock de motos neuves pour les mettre en location. Tiens nous au courant si tu veux organiser une balade!
    • Bonjour à tous, Me voilà de retour, j'aurai besoin de conseil, je compte louer une bécane pour le week-end du 16 et 17 septembre et éventuellement voir pour refaire une balade en votre compagnie. J'aimerai savoir si vous connaissez un bon loueur pour une 600 au minimum en restant sur Honda ou Kawasaki, le tarif m'importe peu, le manque de balade à moto me démange. Dans l'attente de vos conseils, je vous souhaite un bon week-end et une bonne journée. à très bientôt j’espère.  
×