Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble

  • Vincent
    Les constructeurs nous ont habitué à mettre en valeur les lignes de leurs motos grâce aux courbes de jolis modèles.
    Nous entendons d'ici les remarques féministes qui pourraient condamner cette tradition, mais pour être tout à fait honnêtes notre photographe ne s'en est pas plaint!
     
    Les photos ci-dessous, les fichiers Haute Déf seront disponibles moyennant un don au site  
     

























     
















    Vincent
    Suzuki avait déjà présenté un line up lors du salon de Cologne, nous vous en parlions ici. Les gros cubes présentés (V-STROM 650 et 1000, GSX-S750, GSX-R1000 et 1000R) laissaient de côté une tendance incontournable du marché moto récent: les petites cylindrées.
     
    Comme on s'en doutait, les japonais ont gardé quelques annonces pour Milan, dont certaines qui devraient réjouir nos amis A1 et A2.
     
    On commence avec un roadster: le GSX-S125, version déshabillée de la GSX-R 125.

    Avec son style agressif et son poids plume de 133kgs (le plus faible de la catégorie) la GSX-S 125 se pose en digne représentante des street bikes de la firme.
    Le compteur digital est très complet, en plus des classiques montre, trips, conso, on retrouve un indicateur de rapport engagé, et même un shift light réglable pour vous rappeler quand passer la vitesse supérieure. Pas mal pour une 125.
     
    On monte en cylindrée avec la GSX 250R.

    Ne vous y perdez pas, il ne s'agit pas d'une GSX-R 250! Pas de positionnement hypersport pour cette nouvelle moto A2 qui remplace la Inazuma, mais une mini sport touring avec une position de conduite peu contraignante (les guidons sont bien au dessus des tés) et une autonomie annoncée de 480 km avec un plein de 15 litres.
    Comme la partie-cycle, le moteur est issu de la 250 Inazuma mais a été retravaillé pour offrir un petit rab de couple. Les plus gros changements sont toutefois esthétiques, avec un carénage qui donne une belle prestance à la machine, et un affichage similaire à celui de la GSX-S125.
     
    On n'a pas fini de rentabiliser le moteur de l'Inazuma chez Suzuki, car il est également repris dans la 250 V-STROM, qui contribue à ouvrir les portes de l'aventure aux A2.

    Ce pseudo-trail reprend en fait toutes les caractéristiques de la GSX 250R. Seules différences: un carénage qui s'inspire des grandes sœurs 650 et 1000. Un mini pare-brise prend place au dessus du phare rond, et la moto est équipée d'un porte paquet et de supports de valise qui permettent de faire durer le voyage, d'autant que l'autonomie annoncée est de 500km pour 17litres de plein. Voyage qui devra quand même se cantonner aux chemins carrossables, la roue avant de 17 et les pneus route n'étant pas l'idéal pour des excursions dans la boue!
     
    La dernière annonce concerne une partie encore faible mais grandissante des pilotes au permis A: la mise à jour du Burgman 400.
    Avec son passage en Euro 4, le scooter gagne surtout en confort et en équipements: éclairage full LED, selle épaissie à l'assise plus fine, dossier réglable...

    Vincent
    Les anglais aussi sont à Milan, et ils nous ont dévoilé des modèles certes attendus (nous en annoncions certains ici-même) mais néanmoins très sympathiques.
    Contrairement à ce qui avait été envisagé par la presse pas d'annonce de la nouvelle Street Triple, ni de son éventuel passage en 800. La gamme triple, après la rénovation de la Speed 1050, devra donc attendre un prochain évènement.
    Une bonne salve de néo-rétros quand même ("modern classics" chez la firme d'Hinckley), que nous vous présentons tout de suite.
    Les photos sont fraîches de ce matin heure italienne, un grand merci à notre envoyé spécial Motards.re de s'être dévoué pour assister au salon!
     
    On commence avec la surprenante Bonneville Bobber, très proche de la version espionnée que vous avez pu voir dans nos pages.
     

     
    Reprenant le moteur 1200 de la Bonnie T120, nous découvrons une moto déshabillée qui n'a pour toute carrosserie qu'un réservoir et deux garde boues, pour ne garder que l'essentiel d'un bobber.
    Abaissée, équipée d'une selle strictement monoplace, d'un large guidon la Bobber se la joue old school avec ses jantes à rayon, sa fourche à soufflets et son (faux hard tail). Le bras osscillant dissimule en effet un mono amortisseur qui permettra un meilleur confort au quotidien.
    D'ailleurs ces attentions à l'ergonomie se retrouvent dans des détails comme la selle et les compteurs réglables, permettant d'ajuster le poste de pilotage aux souhaits du pilote.
    L'œil averti repèrera rapidement l'ABS, alors que les sorties biseautées cachent le catalyseur qui permet à cette nouvelle venue dans la gamme d'être homologuée EURO4. Un style classique, certes, mais des prétentions tout à fait modernes.
    Triumph annonce un catalogue d'accessoires de plus de 150 références, pour réellement personnaliser ce custom de série.
     
    On continue avec la nouvelle variation, qui complète la Street Twin: la Street Scrambler.
     

     
    Le twin 900cc dans un scrambler pur et dur, avec roue de 19 à l'avant et pneus mixtes, un double pot relevé (qui dissimule très bien son catalyseur pour ne pas gâcher la ligne de la moto), et des attentions au détail comme les protections de réservoir en caoutchouc, ou un sabot moteur utile hors des sentiers battus.
    Et puisque le scrambler est parfois un plaisir égoïste, les ingénieurs ont pensé à quelques moyens de montrer à son passager qu'on n'a pas de place pour lui: , la selle passager peut-être remplacée par un porte paquet en alu (photo de détail ci-dessous) et les repose-pieds arrières sont amovibles.

    "Désolé chérie mais je peux pas t'emmener, va falloir t'en acheter une aussi pour venir avec moi".
     
    Un look old school toujours, mais des équipements modernes tels que le ride by wire, l'ABS déconnectable, tout comme l'antipatinage, un embrayage assisté, l'anti-démarrage ou encore une prise USB pour recharger les appareils mobiles indispensables à l'heure moderne. A noter un Kit A2 disponible, pour rendre la scrambler accessible aux jeunes permis.
     
    Puisque Triumph tient une gamme destinée à s'étoffer avec les "Street", on découvre également aujourd'hui la Street Cup.


    Une Street Twin avec son bi de 900cc, mais des accessoires d'inspiration Café Racer résolument dans l'air du temps.
    Plaque de phare et support usiné, selle cafra à dosseret amovible, double sortie courte noir satiné, rétros en embouts de guidons et jantes à 10 bâtons lui donnent une petite "gueule" agressive à souhait.
     
    La Street Cup embarque les mêmes équipements électroniques que la Scrambler décrite juste au dessus, son ABS n'étant toutefois pas déconnectable.
     
    On finit avec le modèle à l'origine de ces deux  déclinaisons: la Bonneville T100 et sa jumelle gothique T100 Black.
     
    Bien entendu pas de révolution esthétique pour un modèle aussi emblématique que la Bonnie Originale. On retrouve donc les roues à rayons, le gros réservoir avec son badge Triumph classique, la selle bi-place vintage, les pots à pipette et le bi parallèle de 900cc. Le moteur a toutefois été remis au point et propose un couple disponible plus tôt, et une puissance augmentée de 18% par rapport au modèle 2015. On passe donc à...55cv. Que les jeunes permis se rassurent, un kit A2 sera disponible pour la rendre accessibles aux esthètes. 
    Mêmes équipements électroniques que les street, et un catalogue important de personnalisation. La black se caractérise par ses finitions noires sur la quasi-totalité de la machine.
     
    En conclusion, Triumph surfe sur la vague des néo rétros et des déclinaisons sur un modèle de base, qui font déjà le succès de plusieurs marques. Une tendance qui n'est vraisemblablement pas prête de s'éteindre, puisqu'elle permet de toucher un public toujours plus large, et de réduire les coûts de production.
    DHB
    C'est le 7 Novembre, soit un jour avant l'ouverture du salon de Milan, que Yamaha a choisi de dévoiler ses nouveautés 2017. La conférence s'est déroulée en trois partie selon un thème de couleur: bleu pour la compétition et la sportivité, rouge pour la passion et blanc pour la praticité...le tout en gardant le plaisir comme toile de fond. (plus de photos et vidéos en bas de page)
     
     
     
     
     
     
    Le TMAX 530 2017: Standard, SX et DX
    Pour l'année prochaine, le scooter gros cube de plus vendu de la marque se décline pour satisfaire au mieux à ses clients.
    Dans sa version standard, ce maxi-scoot hérite d'un tout nouveau cadre en aluminium, d'une roue arrière plus légère, d'une courroie en carbone pour abaisser le poids. Et pour gagner en dynamisme, le nouveau TMax adopte un nouvel échappement et un variation retravaillée. Même si le moteur ne change pas vraiment (il est désormais Euro4), Yamaha assure un gain au niveau des sensations.
    Au chapitre électronique, le TMax se voit doté d'une commande d'accélérateur électronique qui permet d'embarquer un contrôle de traction.
    Enfin au registre de l'équipement global, le TMax hérite d'un nouvel écran TFT couleur, d'un coffre plus grand, d'un système de démarrage sans clef ainsi qu'une suspension arrière retravaillée.

    Le TMAX SX:
    Pour cette declinaison, on augmente encore la dotation. Des nouveaux coloris y sont dédiés: Matt grey (avec jantes bleues) et Liquid Darkness.
    Cette version recoit la possibilité de changer les cartographie d'injections (D-MODE) ainsi qu'une application "My T-Max Connect" qui permet de contrôler son scoot à distance (clignotant, klaxon) mais aussi de le suivre en temps réel (équipé d'un tracker GPS). Autre fonctionnalité pratique, l'application à une alerte de batterie faible.
    Le TMAX DX:
    C'est la finition la plus haut de gamme de ce T-Max nouvelle mouture. Outre les équipement proposé sur les autres déclinaisons, il est équipé en plus d'un régulateur de vitesse, d'une bulle réglable électroniquement, d'un guidon et d'une selle chauffante ainsi qu'une suspension arrière réglable.
     
    Coloris :
    TMAX :          Midnight Black
    TMAX SX :     Matt Silver, Liquid Darkness
    TMAX DX :    Phantom Blue, Liquid Darkness
     
     
    La XSR 900 ABARTH
    Une XSR 900 qui a reçu une bonne donne de venin du scorpion Abarth ca donne ca: un café racer très agréable à l'œil avec son coloris exclusif inspiré des voitures Abarth à savoir fond gris et lignes rouges.
    Quoi de neuf par rapport à une XSR 900 de base? L'exclusivité! En effet, cette moto sera produite à 695 exemplaires. Les 95 premiers exemplaires seront precommandables sur le site www.xsr900-abarth.eu le 7 janvier 2017 et tout ceux qui auront choisi cette façon pour acquérir leur cafe-racer recevront une pass pour une expérience Abarth unique (pas plus d'informations la dessus pour le moment, disponible à la Réunion? Rien n'est explicitement dit pour l'instant). Les 600 autres modèles seront disponibles dans les magasins Yamaha du réseau à partir d'Avril 2017.
    Mais à part l'exclusivité, la Abarth XSR 900 reçoit une couleur unique, un guidon "clubman", des pièces d'habillage en carbone, ainsi qu'un échappement Akrapovic en titane

     
     
    Le concept bike T7: la future Tenere 700?
    Pour Yamaha il s'agirait d'une moto clairement polyvalente: une vraie 50% Route 50% Piste (avec un beau penchant pour la piste, quand on regarde l'esthétique!).
    Le moteur CP2 de la Mt07 se voit au cœur de ce concept, surement retravaillé pour s'adapter a sa nouvelle utilisation.
    Au niveau de la technique, on peut juste citer le réservoir en aluminium, le sabot en carbone, la fourche KYB parée à (presque) tout, ainsi que l'échappement Akrapovic fait sur mesure.
    Pour en savoir plus, il faudra attendre 2018 (sauf si Yamaha nous lâche de temps en temps des petites pistes  ).

     
     
     
    La WR450F du prochain Dakar
    On reste sur les pistes et avec la présentation de cette WR450F on se retrouve directement en Amérique du Sud pour le Dakar Au menu, un réservoir en alu de 33litres, nouvelle fourche, nouveau bras oscillant, moteur modifié...
    Le kit "client" Rallye pour la WR450F sera disponible en Juillet 2017.

     
     
    Une nouveauté...qui n'en est pas vraiment une: La YZF R6
    Durant cette conférence de presse, Yamaha a présenté sa nouvelle R6 pour 2017. Nous en avions déjà parlé dans un autre sujet. Pour le lire, cliquez sur le lien suivant: http://www.motards.re/accueil/news/r6-2017-le-second-souffle-dun-mythe-r106/
    Cette présentation a surtout eu pour but de présenter la version racing de cette R6 qui sera utilisée en championnat l'année qui arrive pour la rendre encore plus performante sur circuit.
     
    "Un carénage formé de deux parties avant et d'une coque arrière de selle, un échappement Akrapovič Evo en titane, un système de freinage Brembo à double disque avant (Ø 320 mm) et simple disque arrière (Ø 220 mm), une fourche télescopique (Ø 43 mm) à kit cartouche Ohlins ainsi que des pneumatiques Pirelli Diablo (120/70 ZR17M/C pour l'avant et 180/55 ZR17M/C pour l'arrière) en accord avec la réglementation du championnat du monde, sont également présents sur cette YZF-R6 présentée à l'EICMA" source Yamaha.

     
     
     
    TMAX 530:



     
     
    XSR 900 ABARTH:



     
     
     
     
     
    Vincent
    Comme on pouvait l'espérer, la firme bolognaise jouant à domicile: c'est elle qui a ouvert le bal des grandes annonces de cet EICMA 2016.
     
     
     
     
    MONSTER 797

    On nous annonce donc l'arrivée de la nouvelle Monster 797, pour ouvrir la gamme Monster aux amoureux du modèle qui seraient intimidés par la 821 et ses grandes sœurs. Le crédo: rendre le roadster sportif accessible au quotidien.
    La moto embarque le twin desmodue 803cc de 75cv (et près de 7mkg de couple) qui promet des sensations sans mise en danger excessive. La moto se veut légère, maniable et adaptée à la route de tous les jours, y compris dans les bouchons. La souplesse du moteur et des commandes a donc été travaillée en ce sens.
     
    On revient aux basiques du look Monster avec un cadre acier treillis tubulaire, dominé par un musculeux réservoir lui aussi en acier. La partie cycle se compose également d'une fourche inversée 43mm Kabaya, alors que l'amortisseur arrière, réglable, est confié à Sachs. Pour le freinage, Ducati renouvelle sa confiance à Brembo avec des M4 4 pistons radiaux à l'avant et à Bosh pour son ABS 9.1 MP.
     
    Les geeks trouveront un port USB pour charger leur équipement, et le Ducati Multimedia System en option permet de gérer la musique et de recevoir les notifications du smartphone via Bluetooth.
     
    Du classique mais aussi du moderne, renforcé par le feu de jour à Led et l'écran TFT.
     
     
     
    On continue avec la famille des Monstres: les Monster 1200 et 1200S.


     
    Le twin Testastretta 11° de 1198cc nous propose désormais 150cv  et 12.9mkg de couple (données Ducati), et vient se loger dans une moto plus musclée que jamais, qui rend elle aussi hommage à sa grande sœur de 1993 en renouant avec le réservoir sur charnière.
    Le poids reste contenu à 182kg (209 prête à rouler), ce qui promet encore de belles sensations. Les cale-pieds pilote et passager sont maintenant séparés, ce qui corrige peut-être le défaut constaté sur la précédente 1200. La selle réglable de 795 à 820mm achève de soigner l'ergonomie de la machine.
    Les deux modèles de Monster se différencient par l'équipement, la "normale" proposant un fourche inversée Kabaya de 42mm, un amortisseur Sachs, un freinage Brembo M4.32 avec des disques de 320mm à l'avant et des jantes 10 bâtons, alors que la "S" se la pète grave avec du Öhlins devant (fourche de 48mm) et derrière (amortisseur entièrement ajustable), des Brembo M50 avec des disques de 330, et des jantes exclusives à 3 bâtons en Y.
    Les deux modèles embarquent  la crème de la technologie avec le DSP (Ducati Safety pack qui inclut Traction Control, Anti Wheelie, et Cornering ABS) et un écran TFT couleur paramétrable.
    On note la modification de la double sortie de pots d'échappement, la norme Euro 4 étant impitoyable sur les émissions.
     
    Quittons le monde des roadsters pour nous pencher sur une autre nouveauté destinée à permettre l'entrée dans la marque aux motards qui ne recherchent pas la course à la puissance. Après la Monster, c'est la Multistrada qui nous est présentée dans une version moins excessive (voir moins extrême pour ceux qui l'ont essayée) que l'actuelle, sous les traits de cette Multistrada 950.
     
     
     
    MULTISTRADA 950

     
    Au menu: look de baroudeur, bec de proue et roue de 19. Le testastretta 11° est ici retravaillé et cube 937cc, avec une puissance de 113cv.
    La moto est équipée d'origine de pneus Pirelli Scorpion Trail II, qui combinés à la grande roue avant laissent espérer une certaine aptitude en dehors du macadam. Le DSP propose ici l'ABS et le Traction Control, qui sont gérés, comme le ride by wire, en fonction de la cartographie sélectionnée: Sport, Touring, Urban ou Enduro.
    Ducati nous présente cette 950 comme un véritable couteau suisse, à l'aise partout et "gérable" par tous.
     
    Restons dans cette mouvance d'accessibilité. Vous vouliez une Monster "soft"? Voilà la 797. La Multi 1200 vous impressionne? Pas de problème, on vous propose la 950. Et ceux qui rêvent d'une Panigale, mais qui ne se sentent pas d'être perchés sur un baril de poudre? Ducati a pensé à eux aussi, avec la SuperSport que nous avions déjà évoquée plus tôt.
     
     
     
    SuperSport 937

     
    On retrouve le testastretta 11° de 937cc et 113cv, dans une sportive inspirée de ses grandes sœurs mais qui ménage son pilote avec une position ergonomique (le fameux triangle guidon/selle/repose pieds). La moto se veut donc beaucoup plus polyvalente, exploitable au quotidien et même en ville. En témoignent son feu de jour, sa bulle réglable jusqu'à 50mm et son réservoir de 16 litres qui lui autorisent de petites prétentions sportivo-GT.
    La SuperSport propose de série 3 modes de conduites, le DSP ABS + DTC, la possibilité 
    La SuperSport se décline également dans une version S qui propose de série du Öhlins  devant et derrière (avec une cartouche déportée pour l'amortisseur), un shifter montant et descendant et un couvre selle passager. Le Ducati Multimedia System reste disponible en option.
     
     
     
    On continue avec les modèles "accessibles" de la marque, qui avaient fait l'objet d'un teasing avant l'EICMA.
    Il s'agit des deux dernières déclinaisons de la Scrambler, la Desert Sled aux faux airs de XT500 et la Café Racer.

    Deux variations très réussies autour de la base de la Scrambler, en reprenant les codes de chaque type de bécane.
    Pour le trail old school: jantes à rayons (19 devant), pneus à tétines Scorpion Rally STR, guidon alu avec barre de renfort (les plus nostalgiques pourront y ajouter une protection en mousse fluo), garde boue fixé sous le phare grillagé, ligne inox, selle à piqûres "ficelle de rôti"... Bref du vintage dans l'esprit!
    La Cafra joue aussi avec les détails, des guidons bracelets avec maître cylindre déporté et rétros en embouts, à la peinture noire et or, en passant par les jantes dorées à bâtons droits, le cache pot noir mat (signé Termi) le mini garde boue ou la plaque pour le numéro... Du coin de l'œil on pourrait croire qu'il s'agit d'une vraie prépa de XR ou Clay!
     
     
     
    1299 Superleggera
    Et enfin, parce que les salons sont aussi l'occasion pour les constructeurs de démontrer leur expertise technique, technologique, mécanique, mais aussi de faire battre le cœur de leurs fans à coups de dream bikes inaccessibles au commun des mortels, Ducati nous a enfin révélé la machine qui se cachait sous le nom de code "Projet 1408".
    Il s'agit bien de la 1200 Superleggera, nouvelle bombe ultime de la marque italienne.

     
    Au menu: du carbone dans tous ses états: le cadre, le bras oscillant, et même pour la première fois sur une moto produite en série: les roues! Sous les couleurs qui reprennent celles de l'écurie 2016 en GP: un carénage en carbone bien sûr!
    Ce gain de poids donne un indice sur le rapport poids/puissance ainsi atteint: Ducat' nous annonce 215cv pour un poids de 156kgs... Inutile de vous préciser qu'une batterie d'assistances électroniques est nécessaire pour garder les deux roues au sol, et le pilote sur la moto. A savoir:
    Unité de Mesure Inertielle (IMU) 6D de Bosch
    Ducati Traction Control EVO (DTC EVO)
    Ducati Slide Control (DSC)
    Ducati Wheelie Control EVO (DWC EVO)
    Commande de frein moteur (EBC)
    Bosch Cornering ABS
    Ducati Power Lancement (DPL)
    Ducati Quick Shift (DQS) up/down
    Commandes dédiées pour régler DTC, DSC, DWC et EBC
    Ducati Data Analyzer + (DDA +)
    A modèle d'exception, accès limité: 500 unités seront commercialisées, à un tarif de 80.000€.
     
    Voilà pour les annonces de DUCATI. Avec l'ouverture officielle du salon demain, nous avons hâte de partager avec vous nos photos de ces machines!
     
     
    Vidéos promotionnelles:
     
     
     
     
     
     
     
  • Instagram Motards.re

    • Une Speed Triple dans son…
      1   56
    • Encore une petite KTM RC1…
      4   82
    • Petite surprise en passan…
      10   79
    • Living the good life (Dom…
      5   89
    • 😍😍😍 On a beau aimer se mo…
      107
    • Quelle photo est votre pr…
      2   75
    • Un titre pour cette photo…
      5   86
    • KTM RC125 au soleil couch…
      1   72
    • Avis aux connaisseurs. Q…
      5   73
    • Vous avez passé un bon we…
      4   62
  • Évènements à venir

  • Inscription, connexion

    Nous rejoindre ?

    S’inscrire
  • Sur le forum

    • Salut et bienvenue! Il y a beaucoup de monde avec des emplois du temps bizarres ici, si tu as envie de rouler il y aura bien quelqu'un pour se joindre à toi Je reviens justement de 3 semaines en métropole et avec le beau temps qu'on a eu là bas on croisait des motards en pagaille, ça m'a fait trop envie! C'est sûr qu'en dehors des régions montagneuses, il y a peu de routes de métropole qui préparent à celles de la Réunion... j'espère que tu auras l'occasion de t'y aguerrir avec nous! Au plaisir de te rencontrer bientôt
    • Salut @papamaxou et bon retour sur l'île!   On s'habitue assez vite aux virages de la Réunion, mais il faut absolument pratiquer! J'ai pas eu l'occasion de rouler à moto en métropole, mais toutes les routes que j'ai pu emprunter la bas, n'avaient rien à voir avec celles qu'on a ici.   En tout cas, heureux de te compter parmi nous.
    • Bonjour à tous !   Maxime alias papamaxou, 28 ans, marié, une petite fille de 2 ans... fraîchement revenu sur l'île (il y a 3 jours ^^), après y avoir habité 18 mois il y a 2 ans, je reviens cette fois avec mon Bandit 600 S ! J'ai eu mon permis il y a 1 an, et même si j'ai roulé tous les jours en metropole, été comme hiver, je n'ai malheureusement pas encore vraiment l'expérience de tous ces virages...hâte de m'y mettre sur les jolies routes réunionnaises !   Je vais être plus que pris par le boulot mais j'espère réussir à me libérer pour quelques sorties avec vous.   A très vite !   V
    • @Soupe si ton disque est voilé, change le avec les plaquettes sauf si c'est vraiment urgent tes plaquettes... (ca y changera rien a ton probleme les plaquettes seules)
    • Tant qu'on se retrouve tous autours de notre passion c'est l'essentiel  
    • J'espère pour bientôt.  Je sais pas si ça sera en Avril, mais si ce n'est pas le cas ça sera sûrement en Mai! On va peut être changer un peu, mais l'esprit restera le même
    • Terrible tout ça  
      A quand le prochain apéro ? Je récupère ma première ... Très bientôt