Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'café racer'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • News
  • Tests
  • Dossiers
  • EICMA 2016

Forums

  • Motards.re
    • Le site
    • Présentations
    • Sorties moto
    • Comptes rendus des sorties et des rencontres
  • Motos & Motards
    • Vols de motos
    • Motos
    • Equipement & Accessoires
    • Mécanique & entretien
    • Débutants
    • Monde moto à la Réunion
    • Autres discussions liées à la moto
  • On a testé
    • des motos, de l'équipement, des accessoires
    • des endroits où manger
    • des professionnels (internet, vendeurs, garages, concessions)
    • plein d'autres choses
  • Achats/Ventes: les bonnes affaires du site
    • Motos et pièces
    • Equipements du motard
    • Divers, vos annonces hors moto
    • Achats Groupés
  • Divers
    • Le bar Motards.re
    • Autres véhicules

Calendriers

  • Calendrier des sorties moto
  • Calendrier des rencontres

Catégories

  • Files

3 résultats trouvés

  1. On commence avec la vidéo de notre essai: Tendance forte du marché actuel, les néo-rétros piochent allégrement dans les standards esthétiques des années 60. Mais s'il est une marque qui a toute la légitimité de proposer des motos old school, c'est bien Triumph: la firme britannique propose en effet depuis 115 ans des motos taillées pour les performances. Et la Triumph Bonneville, à l'origine du café racer qui nous intéresse aujourd'hui, arpente les routes depuis 1956. C'est toute l'expérience de Triumph que l'on retrouve dans la Thruxton, et nous avons pu constater, en laissant la moto garée le temps de nos prises de vue, qu'elle suscitait un vrai intérêt chez les passants. Il faut avouer que son esthétique peut tromper l'oeil non averti. Bi-cylindre parallèle typique de la Bonneville 1200, fourche à soufflets, guidons bracelets, clignos et pots chromés...l'attention au détail va jusqu'aux faux carbus, et à la selle à bourrelet qui ne dépareilleraient pas sur une "vraie" ancienne. Le radiateur, le freinage intégralement à disques (doubles à l'avant et simple à l'arrière) et le feu de jour à LED renseignent toutefois sur le caractère résolument moderne de la Thruxton. Tout comme l'ABS, l'anti-patinage ou le ride by wire. Et si un doute subsistait, il s'envole lorsque l'on s'intéresse aux équipements proposés: ordinateur de bord plus que complet qui informe le pilote sur les trips, l'autonomie, l'heure, le rapport engagé et la consommation en temps réel. Une pression sur le bouton adéquat permet également de passer d'un mode de pilotage à l'autre: RAIN, ROAD ou SPORT. On retrouve même une prise de charge USB sous la selle! Moderne, on vous dit! Toute cette technologie reste cachée (avec succès) derrière un look qui a fait l'unanimité auprès de la team d'essayeurs: la moto est basse, longue et aussi racée qu'on peut l'attendre. Les finitions sont excellentes, et aucun fil électrique, aucune durite mal cachée ne vient gâcher le tableau, la moto est épurée au maximum. Le moteur T120, issu de la Bonneville 1200 et qui a été retravaillé pour proposer 97 cv et un couple bien plus élevé grâce à un vilebrequin allégé et une boîte à air spécifique, reçoit un très joli traitement qui alterne les surfaces noir mat et acier poli. La moto arbore également de nombreuses pièces chromées (clignos, tours de phare/compteurs et la magnifique double ligne d'échappement) et de superbes jantes (de 17") à rayons en alu poli. La peinture pailletée, la bande bi-ton (argent et champagne) du réservoir ou encore le gros bouchon d'essence poli, comme les rétros embout de guidon et le support de phare, montrent que les designers se sont fait plaisir sur les détails. Vous l'avez compris, elle est belle. Est-elle sympa à piloter? Lorsque l'on enjambe notre moto d'essai, sa selle creusée et son réservoir très échancré confirment l'impression initiale: c'est suffisamment bas pour que tous les profils de pilotes soient à leur aise, les pieds bien à plat. La béquille est très droite, pas de difficulté à redresser la moto. Les guidons demi-bracelet peuvent dérouter les premières secondes, mais les commandes tombent très facilement sous les mains. D'une pression sur le démarreur (pas de kick!) le bi se met en route et son premier ronflement est prometteur. La première passe en douceur, et on constate que l'embrayage assisté est vraiment très doux. Les jambes sont repliées, sans que la position soit inconfortable même pour un essayeur d'1.85m. Dès les premiers tours de roue on sent que la moto est très équilibrée, même à basse vitesse. Le moteur reste souple dans les bas régime, et l'impression de facilité est renforcée par l’accélérateur qui permet de doser les gaz avec une grande précision. Le rayon de braquage est satisfaisant, permettant les demi-tours aisés. Les suspensions filtrent bien le moindre relief, et la fourche, bien que classique, participe à l'équilibre de la moto. Les pilotes un peu lourds, ainsi que les adeptes du duo (selle bi-place en option) pourront raffermir l'amortisseur arrière pour éviter un léger pompage. C'est lorsque l'on pousse le moteur dans les tours que l'on se rend compte de la vraie différence entre les modes ROAD et SPORT. Déjà coupleux dans la première configuration, le twin se révèle extrêmement volontaire dans ses montées en régime une fois en SPORT. La sonorité devient également un peu plus rauque, et les pétarades à la décélération encore plus audibles: la ligne d'échappement n'est pas seulement belle, elle est aussi au service de la sportivité (sonore). La commande de gaz nous est apparue comme particulièrement réactive; Dans la tranche des 2000 à 5000 tours, chaque flexion du poignet droit entraîne une réponse instantanée: de la vivacité mais aucune brutalité. On comprend alors pourquoi les ingénieurs de Hinckley n'ont pas cherché la surenchère côté puissance, et ont préféré retravailler un moteur qu'ils connaissent déjà sur le bout des doigts. +62% de couple par rapport au modèle précédent! Que nos lecteurs qui auraient des doutes quant à l'agrément d'une moto de moins de 100cv se rassurent donc: les sensations sont bel et bien présentes, et pour être honnêtes on en redemande! Le moteur est expressif, et cela se traduit par une tendance à chauffer l'arrière de la cuisse droite du pilote. Rien d'insupportable mais suffisamment marqué pour qu'on le sente même en roulant à plus de 100 km/h. Les freins nous ont surpris par leur progressivité, 3 testeurs sur 4 étant habitués à un freinage radial de roadsters sportifs, extrêmement mordant. Passée cette surprise, nous avons pu constater que les doubles disques sont parfaitement suffisants pour freiner les ardeurs de notre café racer. En utilisation dynamique, l'ABS n'est jamais venu jouer les trouble-fêtes. Il est par ailleurs dé-connectable. Dans la pure tradition du cafra, les guidons bracelets obligent à supporter le poids du corps sur les poignets lors des manœuvres. Le confort est toutefois amélioré par leur position relevée au dessus du réservoir. On soulagera également les bras en adoptant une position en appui sur les jambes, les repose-pieds et la selle permettant de se caler vers l'arrière dès que l'on roule. La boîte de vitesse est un peu bruyante, mais la sélection des rapports reste extrêmement douce et précise: aucun a-coup, aucun point dur ou faux point-mort n'est apparut lors de notre essai. Les suspensions sont largement adaptées pour l'usage qu'un propriétaire de Thruxton pourrait avoir de sa moto: de la balade dynamique, qui privilégie la recherche de trajectoire plus que l'arsouille pure. A ceux qui souhaitent un usage plus radical, Triumph propose la version "R" de la Thruxton, qui se différencie principalement par sa grosse fourche inversée réglable Showa, ses amortisseurs à cartouches Öhlins, et un freinage radial Brembo à l'avant. S'y ajoutent des pneus Pirelli Diablo Rosso Corsa (contre des Metzeler sur le "classique") et des détails esthétiques comme le capot de selle, le traitement anodisé du bras oscillant et des finitions et coloris spécifiques. Triumph propose également un catalogue de 160 accessoires pour personnaliser davantage la Thruxton et en faire le cafra de vos rêves. Nous n'avons pas pu tester la moto en duo: le café racer étant destiné à faire le bonheur de son propriétaire, il est forcément un peu égoïste et la configuration bi-place n'est disponible qu'en option. Pas de repose pieds, pas de poignées et surtout pas de selle pour un passager sur notre modèle d'essai! Nous ne doutons pas que le 1200 reste agréable en duo, à voir si les genoux du passager ne sont pas trop exposés à l'évacuation d'air chaud. En conclusion, Triumph nous présente ici un modèle parfaitement abouti, qui saura répondre aux attentes de tout amateur de belles motos qui soient également utilisables au quotidien. Grâce à son équilibre parfait, sa hauteur de selle et sa capacité à mettre le (ou la) pilote immédiatement à l'aise, la Thruxton est vraiment accessible à tous; Elle plaira aux motardes et aux motards qui souhaitent une ligne intemporelle avec des spécifications modernes. Plaisir d'esthète, mais aussi de pilote qui ne juge pas une moto à la puissance qu'elle développe, mais aux sensations qu'elle délivre. La team des essayeurs du jour, de gauche à droite: @MissDHB , @DHB, @Vincent, @Petcho On a aimé: Le look et la finition, sans fausse note Les prestations tout à fait modernes Le tableau de bord complet On aurait préféré: Une meilleure élimination de la chaleur Une petite concession au duo, même symbolique (des cale-pieds) Vous souhaitez vous faire votre propre opinion? Contactez Moto2000 (coordonnées ci-dessous). Et venez nous dire ce que vous avez pensé de cette moto! Crédits photos: Maxime Haugomat et Sarah Tayllamin pour motards.re - tous droits réservés.
  2. Bonsoir à tous , je vous joint un groupe Face Book de passionnés sur la transformation moto à la réunion, n'hésiter pas à vous y inscrite et y poser vos questions et + ( valider par Motard.re) https://www.facebook.com/groups/774197629406703/ A très vite Willy
  3. Salut à tous! Je sais pas si c'est un coup de pub, de la promo pour le film Deadpool, ou une vraie passion, mais j ai trouvé ce pâtit article sur Cycleworld. Pour l instant c est en anglais. Si j ai le temps je ferais une petite traduction http://www.cycleworld.com/2016/02/19/ryan-reynolds-and-his-triumph-thruxton-cafe-racer-built-by-kott-motorcycles/?src=SOC&dom=fb