Aller au contenu
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble
Slate Blackcurrant Watermelon Strawberry Orange Banana Apple Emerald Chocolate Marble

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'essai'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • News
  • Tests
  • Dossiers
  • EICMA 2016

Forums

  • Motards.re
    • Le site
    • Présentations
    • Sorties moto
    • Comptes rendus des sorties et des rencontres
  • Motos & Motards
    • Vols de motos
    • Motos
    • Equipement & Accessoires
    • Mécanique & entretien
    • Débutants
    • Monde moto à la Réunion
    • Autres discussions liées à la moto
  • On a testé
    • des motos, de l'équipement, des accessoires
    • des endroits où manger
    • des professionnels (internet, vendeurs, garages, concessions)
    • plein d'autres choses
  • Achats/Ventes: les bonnes affaires du site
    • Motos et pièces
    • Equipements du motard
    • Divers, vos annonces hors moto
    • Achats Groupés
  • Divers
    • Le bar Motards.re
    • Autres véhicules

Calendriers

  • Calendrier des sorties moto
  • Calendrier des rencontres

Catégories

  • Files

7 résultats trouvés

  1. Royal Enfield est une marque peu commune dans le paysage de la moto Réunionnaise. Mais sachez que cette marque, Indienne de nos jours, est issue de la même Angleterre que Triumph et Norton. D'ailleurs pour ceux qui sont avide d'histoire de marque, cliquez sur la Révélation. Pour les autres, qui n'aimaient pas les cours d'histoire à l'école, je vous invite à cliquer quand même! C'est à croire que le sort s'acharne contre nous pour cet essai de la Royal Enfield Classic! Apres moult décalages, reports... après le manque de temps (de notre coté), et la météo pourrie de ces derniers jours, ce n'est pas la fermeture de la route du littoral qui allait nous priver du poum poum du monocylindre de la Classic! Deux heures de routes plus tard en passant par la Montagne (un sacrilège car on a choisi d'y aller en voiture...) nous voilà arrivés à la concession Urban Motos Cycles de la Rivière des Pluies, la seule de l'ile qui distribue Royal Enfield (plus d'infos en bas de page). D'ailleurs, à propos de la concession, même si elle ne paie pas de mine de l'extérieur, elle est très accueillante à l'intérieur. Et elle respire le vintage! Là, au milieu d'une Continental GT en cours de préparation et d'une Bullet, trônait la Classic 500, avec son allure fluette et sa tronche tout droit sortie d'un film sur la guerre 39-45! C'est assez déstabilisant de se dire que cette moto est neuve (même pas 150 bornes au compteur) et qu'elle a été produite en 2016! Non pas parcequ'elle à l'air abimée, loin de là, mais plutôt car les codes stylistiques semblent inchangées depuis des décennies. On n'est clairement pas dans du "néo-rétro", à savoir une réinterprétation moderne d'un modèle ancien, mais bien dans du classique pur! Il suffit, pour se convaincre, de mettre cote à cote deux photos: une Royal Enfield ancienne et une récente - la ressemblance est flagrante. Le compteur et le phare font bloc: une pièce d'un seul tenant très Oldschool, surtout avec la petite casquette et allant à l'essentiel: vitesse, kilometres, reserve, témoin moteur et c'est tout! La protection de fourche siglée Royal Enfield donne plus de prestance à l'avant plutôt fin de la moto. Le garde-boue en métal couvre presque entièrement la roue avant à rayons chromés de 19 pouces en 90 de large. Seul le frein avant trahit l'âge de la machine car il est à disque et hydraulique alors que celui arrière est à tambour (sur ce modèle de fin 2016-les versions 2017 seront entièrement à disques et à ABS pour se conformer à Euro4). Chez Royal Enfield, l'injection a été choisie pour alimenter ce moteur monocylindre de 499cm3, mais ces éléments ont soigneusement été cachés dans les mini-valises métalliques, type boite à munition/kit de premier secours. Par ailleurs, une attention toute particulière a été portée au détails sur ce moteur (tout en alu). Les carters sont polis, aucun fil ne dépasse, il est estampillé du logo ailé RE (pour Royal Enfield) des deux cotés (c'est bôôôôô!) même le klaxon situé en avant du bloc moteur a subi un traitement vintage avec l'utilisation d'un enjoliveur couleur chrome (en plastique mais on apprécie le geste). Plus haut, le large réservoir noir brillant est contrasté d'un "pin-stripping"(liseré) peint à la main (vous avez surement du voir cette vidéo mais si vous ne l'avez jamais vu lien à cliquer) car une des forces de Royal Enfield, c'est que l'homme à une grande place dans sa construction. Outre le fait que les détails de peinture soient réalisés un à un au pinceau, la marque se vante de pouvoir assurer que ses modèles sont assemblées à la main, de façon presque artisanale ce qui confèrerait au machine une véritable "âme et une réelle personnalité" Et c'est vrai que ce qui attire vers Royal Enfield, c'est clairement l'envie de rouler "diffèrent" sur une machine que tout le monde n'a pas. Une moto plus personnelle, construite avec autre chose que du plastique. A notre humble avis c'est une belle moto: mais est-elle aussi plaisante à emmener qu'elle est agréable à regarder? Dès le démarrage, la Royal Enfield met la banane. Déjà parce qu'il est possible de la démarrer au Kick (et ca, c'est la classe!) mais aussi grâce à son monocylindre vivant qui donne un joyeux "poum poum" au démarrage, accompagné de bonnes vibrations! La position de conduite, bien qu'assez particulière avec les jambes largement écartées par le réservoir et les pieds en position légèrement avancée, est très confortable. On appréciera la mono-selle montée sur ressort, à l'ancienne (selle passager disponible en option) qui, associée au moelleux du coussin donne l'impression que son postérieur est posé sur du coton...Et après m'être remis au vélo le matin de cet essai (avec les douleurs que vous connaissez), mon arrière train était très satisfait! Le moment vient donc de faire les premiers tours de roues. Embrayage à gauche, première en bas (au pied gauche), elle est bien loin l'époque des commandes bizarres sur les anglaises! Le lâché d'embrayage se fait tout en douceur, l'accélérateur est bien géré par l'électronique de l'injection (pas d'à-coups) et la moto s'ébroue tranquillement... tout en vibrant! Pour ceux qui auraient peur des vibrations, sachez qu'elles sont omniprésentes jusqu'à 100-110km/h, vitesses à partir desquelles elles commencent à devenir désagréables: si vous comptez faire de longs trajets sur les voies rapides, nous vous conseillons d'essayer avant d'acheter pour évaluer votre tolérance aux vibrations. Autre solution, la mise en place d'un autre pignon de sortie de boite (plus grand) afin d'abaisser le régime du moteur à ces vitesses. Mais gardez à l'esprit qu'en rythme balade, sans quatre voies, ces vibrations ne nous ont absolument pas gêner. D'ailleurs on sent que cette moto est taillée pour se promener. Le moteur, de 498cc et 27ch, aime les bas et mi-regimes: ce n'est pas un foudre de guerre, mais il distille sa puissance de manière très agréable! Les freins (bien qu'a tambour à l'arrière) sont bien suffisants pour arrêter, sans brutalité, la machine avec ses moins de 200kg tout pleins faits. Par ailleurs, son poids contenu associé à un centre de gravité très bas confère à la Royal Enfield une maniabilité insoupçonnée: on peut faire demi-tour sur la route, sans poser le pied, sans avoir besoin de faire de manœuvres, et ce, dans des chemins à deux voies plutôt serrées. Très bon point pour les jeunes permis et les personnes recherchant des motos qui demandent peu d'engagement de la part de leur pilote. Notons que cette moto est disponible aux A2 d'origine du fait de sa puissance inferieure à 47.5Ch. Le seul problème avec la Royal Enfield, c'est lorsque le rythme commence à augmenter. Les suspensions, qui font bien leur taff et qui sont plutôt confortable en ballade, deviennent raides, à la limite du tape-cul. Les trajectoires s'élargissent en sortie de virage et on a vite peur de faire frotter son bel échappement chromé. Et puis les 27 chevaux montrent vite leur limite... Mais ce n'est pas là, la finalité de cette machine. La Classic 500 n'est pas dangereuse emmenée à un rythme plus soutenu, mais on sent clairement qu'elle n'est pas faite pour ca. Lors de notre essai, on a pris bien plus de plaisir en se baladant le nez au vent plutôt que la tête dans le guidon! Après ce bon moment passé avec la Royal Enfield Classic, il nous a fallu la rendre. @Petcho a été complètement séduit par ce que propose cette machine. Bien qu'il a eu du mal dans un premier temps à l'apprécier, après quelques minutes d'adaptation à son guidon, il a eu du mal à s'en séparer. Le style, les sensations, la maniabilité...tout lui a plu. Pour ma part, j'ai trouvé cette moto plaisante à conduire pour qui à l'esprit tranquille. C'est une philosophie particulière de la moto: deux roues, un moteur et une belle gueule. Pas de fioritures, pas d'aides à la conduite (sauf sur les modèles Euro4 qui arrivent avec l'ABS), pas de centaines de chevaux, une expérience simple de la pratique de la moto. Si tu cherche l'arsouille, les Wheeling à fond sur les voies rapides...passe ton chemin (ou va l'essayer, ca te changera peut-être ta vision de la bécane )! On a aimé: -l'esthétique -la philosophie de la machine On aurait préféré: -moins de vibrations aux vitesses de voies rapides Désolé pour nos lecteurs qui roulent accompagnés, nous n'avons pas pu essayé cette moto en duo Le modèle que nous avons essayé est un modèle qui ne sera plus commercialisé neuf: ce n'est donc pas le prix de celui-ci qui sera donné mais celui du nouveau modèle. Prix (de la versions Euro4, avec freins à disque avant/arrière et ABS): 7490€ Intervalle de révision: Premiere-1200km, puis tout les 6000km. URBAN MOTOS CYCLES (vente, dépôt-vente, réparations de motos) 41, Route de la Rivière des Pluies Sainte Clotilde, Ile de la Réunion Téléphone: 0262 31 83 64 Facebook: https://www.facebook.com/urbanmotoscycles/
  2. Triumph Thruxton: Rock Chic

    On commence avec la vidéo de notre essai: Tendance forte du marché actuel, les néo-rétros piochent allégrement dans les standards esthétiques des années 60. Mais s'il est une marque qui a toute la légitimité de proposer des motos old school, c'est bien Triumph: la firme britannique propose en effet depuis 115 ans des motos taillées pour les performances. Et la Triumph Bonneville, à l'origine du café racer qui nous intéresse aujourd'hui, arpente les routes depuis 1956. C'est toute l'expérience de Triumph que l'on retrouve dans la Thruxton, et nous avons pu constater, en laissant la moto garée le temps de nos prises de vue, qu'elle suscitait un vrai intérêt chez les passants. Il faut avouer que son esthétique peut tromper l'oeil non averti. Bi-cylindre parallèle typique de la Bonneville 1200, fourche à soufflets, guidons bracelets, clignos et pots chromés...l'attention au détail va jusqu'aux faux carbus, et à la selle à bourrelet qui ne dépareilleraient pas sur une "vraie" ancienne. Le radiateur, le freinage intégralement à disques (doubles à l'avant et simple à l'arrière) et le feu de jour à LED renseignent toutefois sur le caractère résolument moderne de la Thruxton. Tout comme l'ABS, l'anti-patinage ou le ride by wire. Et si un doute subsistait, il s'envole lorsque l'on s'intéresse aux équipements proposés: ordinateur de bord plus que complet qui informe le pilote sur les trips, l'autonomie, l'heure, le rapport engagé et la consommation en temps réel. Une pression sur le bouton adéquat permet également de passer d'un mode de pilotage à l'autre: RAIN, ROAD ou SPORT. On retrouve même une prise de charge USB sous la selle! Moderne, on vous dit! Toute cette technologie reste cachée (avec succès) derrière un look qui a fait l'unanimité auprès de la team d'essayeurs: la moto est basse, longue et aussi racée qu'on peut l'attendre. Les finitions sont excellentes, et aucun fil électrique, aucune durite mal cachée ne vient gâcher le tableau, la moto est épurée au maximum. Le moteur T120, issu de la Bonneville 1200 et qui a été retravaillé pour proposer 97 cv et un couple bien plus élevé grâce à un vilebrequin allégé et une boîte à air spécifique, reçoit un très joli traitement qui alterne les surfaces noir mat et acier poli. La moto arbore également de nombreuses pièces chromées (clignos, tours de phare/compteurs et la magnifique double ligne d'échappement) et de superbes jantes (de 17") à rayons en alu poli. La peinture pailletée, la bande bi-ton (argent et champagne) du réservoir ou encore le gros bouchon d'essence poli, comme les rétros embout de guidon et le support de phare, montrent que les designers se sont fait plaisir sur les détails. Vous l'avez compris, elle est belle. Est-elle sympa à piloter? Lorsque l'on enjambe notre moto d'essai, sa selle creusée et son réservoir très échancré confirment l'impression initiale: c'est suffisamment bas pour que tous les profils de pilotes soient à leur aise, les pieds bien à plat. La béquille est très droite, pas de difficulté à redresser la moto. Les guidons demi-bracelet peuvent dérouter les premières secondes, mais les commandes tombent très facilement sous les mains. D'une pression sur le démarreur (pas de kick!) le bi se met en route et son premier ronflement est prometteur. La première passe en douceur, et on constate que l'embrayage assisté est vraiment très doux. Les jambes sont repliées, sans que la position soit inconfortable même pour un essayeur d'1.85m. Dès les premiers tours de roue on sent que la moto est très équilibrée, même à basse vitesse. Le moteur reste souple dans les bas régime, et l'impression de facilité est renforcée par l’accélérateur qui permet de doser les gaz avec une grande précision. Le rayon de braquage est satisfaisant, permettant les demi-tours aisés. Les suspensions filtrent bien le moindre relief, et la fourche, bien que classique, participe à l'équilibre de la moto. Les pilotes un peu lourds, ainsi que les adeptes du duo (selle bi-place en option) pourront raffermir l'amortisseur arrière pour éviter un léger pompage. C'est lorsque l'on pousse le moteur dans les tours que l'on se rend compte de la vraie différence entre les modes ROAD et SPORT. Déjà coupleux dans la première configuration, le twin se révèle extrêmement volontaire dans ses montées en régime une fois en SPORT. La sonorité devient également un peu plus rauque, et les pétarades à la décélération encore plus audibles: la ligne d'échappement n'est pas seulement belle, elle est aussi au service de la sportivité (sonore). La commande de gaz nous est apparue comme particulièrement réactive; Dans la tranche des 2000 à 5000 tours, chaque flexion du poignet droit entraîne une réponse instantanée: de la vivacité mais aucune brutalité. On comprend alors pourquoi les ingénieurs de Hinckley n'ont pas cherché la surenchère côté puissance, et ont préféré retravailler un moteur qu'ils connaissent déjà sur le bout des doigts. +62% de couple par rapport au modèle précédent! Que nos lecteurs qui auraient des doutes quant à l'agrément d'une moto de moins de 100cv se rassurent donc: les sensations sont bel et bien présentes, et pour être honnêtes on en redemande! Le moteur est expressif, et cela se traduit par une tendance à chauffer l'arrière de la cuisse droite du pilote. Rien d'insupportable mais suffisamment marqué pour qu'on le sente même en roulant à plus de 100 km/h. Les freins nous ont surpris par leur progressivité, 3 testeurs sur 4 étant habitués à un freinage radial de roadsters sportifs, extrêmement mordant. Passée cette surprise, nous avons pu constater que les doubles disques sont parfaitement suffisants pour freiner les ardeurs de notre café racer. En utilisation dynamique, l'ABS n'est jamais venu jouer les trouble-fêtes. Il est par ailleurs dé-connectable. Dans la pure tradition du cafra, les guidons bracelets obligent à supporter le poids du corps sur les poignets lors des manœuvres. Le confort est toutefois amélioré par leur position relevée au dessus du réservoir. On soulagera également les bras en adoptant une position en appui sur les jambes, les repose-pieds et la selle permettant de se caler vers l'arrière dès que l'on roule. La boîte de vitesse est un peu bruyante, mais la sélection des rapports reste extrêmement douce et précise: aucun a-coup, aucun point dur ou faux point-mort n'est apparut lors de notre essai. Les suspensions sont largement adaptées pour l'usage qu'un propriétaire de Thruxton pourrait avoir de sa moto: de la balade dynamique, qui privilégie la recherche de trajectoire plus que l'arsouille pure. A ceux qui souhaitent un usage plus radical, Triumph propose la version "R" de la Thruxton, qui se différencie principalement par sa grosse fourche inversée réglable Showa, ses amortisseurs à cartouches Öhlins, et un freinage radial Brembo à l'avant. S'y ajoutent des pneus Pirelli Diablo Rosso Corsa (contre des Metzeler sur le "classique") et des détails esthétiques comme le capot de selle, le traitement anodisé du bras oscillant et des finitions et coloris spécifiques. Triumph propose également un catalogue de 160 accessoires pour personnaliser davantage la Thruxton et en faire le cafra de vos rêves. Nous n'avons pas pu tester la moto en duo: le café racer étant destiné à faire le bonheur de son propriétaire, il est forcément un peu égoïste et la configuration bi-place n'est disponible qu'en option. Pas de repose pieds, pas de poignées et surtout pas de selle pour un passager sur notre modèle d'essai! Nous ne doutons pas que le 1200 reste agréable en duo, à voir si les genoux du passager ne sont pas trop exposés à l'évacuation d'air chaud. En conclusion, Triumph nous présente ici un modèle parfaitement abouti, qui saura répondre aux attentes de tout amateur de belles motos qui soient également utilisables au quotidien. Grâce à son équilibre parfait, sa hauteur de selle et sa capacité à mettre le (ou la) pilote immédiatement à l'aise, la Thruxton est vraiment accessible à tous; Elle plaira aux motardes et aux motards qui souhaitent une ligne intemporelle avec des spécifications modernes. Plaisir d'esthète, mais aussi de pilote qui ne juge pas une moto à la puissance qu'elle développe, mais aux sensations qu'elle délivre. La team des essayeurs du jour, de gauche à droite: @MissDHB , @DHB, @Vincent, @Petcho On a aimé: Le look et la finition, sans fausse note Les prestations tout à fait modernes Le tableau de bord complet On aurait préféré: Une meilleure élimination de la chaleur Une petite concession au duo, même symbolique (des cale-pieds) Vous souhaitez vous faire votre propre opinion? Contactez Moto2000 (coordonnées ci-dessous). Et venez nous dire ce que vous avez pensé de cette moto! Crédits photos: Maxime Haugomat et Sarah Tayllamin pour motards.re - tous droits réservés.
  3. Est-ce une moto? Un quad? Une voiture? Le Quadro 4, c'est tout et rien de tout ca à la fois: une espèce hybride de véhicule urbain. On voit déjà les motards purs et durs s'indigner de voir une telle machine sur Motards.re, à ceux là nous disons: cliquez ici Maintenant que seuls les intéressés suivent, nous allons pouvoir commencer. La vidéo du Quadro4 en action est à retrouver en bas de page. En guise de préambule, parlons de Quadro. Une marque assez peu connue chez nous, mais qui est importée dans plus de 20 pays, avec plus de 500 revendeurs. Son créateur, Lucino Marabese, n'est autre que le papa du concept du "train avant à deux roues et parallélogramme" utilisé sur....les Piaggo MP3. C'est une marque d'origine Suisse spécialisée dans la mobilité urbaine avec des véhicules à 3 ou 4 roues inclinables se basant sur une technologie d'amortissement brevetée: HTS (Hydraulic Tilting System) qui permet une accroche à la route de haute volée ainsi qu'une grande stabilité. Grâce a cette technologie, le véhicule peut se tenir droit sans assistances électroniques. Pour se faire, la pression sur le frein comprime un liquide à l'intérieur des stabilisateurs et le Quadro tient droit: simple non? Maintenant que les présentations sont faites, attardons nous sur le Quadro 4. La ressemblance avec les scooters et autres tricycles à moteurs s'arrête uniquement à l'allure générale. Pour le reste, le Quadro à une face avant avec des lignes plutôt agressives (même si sous un certain angle on dirait un visage de cartoon qui sourit). Le design global est réussi, surtout avec des codes repris du monde de l'automobile. Grosses jantes noires à motif stylisé qu'on croirait presque issue d'une petite auto sportive à 4 roues (seule la taille trahit sa provenance-14pouces), feux et clignotants à LED... Seul ombre au tableau, les quelques diodes inclues dans les blocs phares: on aurait préféré une belle ligne de LED à l'instar des éclairages diurnes des voitures d'aujourd'hui. Mais à part ça, ... pas grand chose à redire sur l'esthétique (on vous laisse juger de vous même). Oubliez vos réflexes de motard. Cet engin est différent. Laissez votre corps comprendre la dynamique du Quadro et vous vous en sortirez très bien. D'ailleurs il vous faudra certainement plus qu'un quart d'heure pour vous faire un avis objectif sur le Quadro: c'est pour ça qu'à Boutik Moto les essais sont plus longs qu'ailleurs (renseignez vous pour les disponibilités des essais). On vous dit ça, parce qu'il nous a fallu un moment d'adaptation. A basse vitesse, il est mieux de garder la main gauche sur le frein et tourner le guidon dans le sens où on veut aller. Si on lâche le frein trop tôt, le Quadro à tendance, comme une moto, à se pencher du coter opposé dans lequel tourne le guidon (contre-braquage). Quand on utilise le freinage (couplé d'arrière en avant), celui-ci permet de stabiliser le véhicule, ce qui l'empêche de s'incliner aux mouvements du guidon et de tourner d'avantage comme une voiture (ou un quad), grâce notamment au HTS (Hydraulic Tilting System) décrit plus haut. Dès qu'on prend assez de vitesse, le Quadro a 4 roues mais se dirige à peu près comme une moto. Il va ou le regard se pose. Une fois ce premier cap passé, les 350 cm3 du Quadro sont suffisants pour nous faufiler en ville. Note: Il vous faudra un peu de temps pour s'adapter au gabarit (un tantinet plus large qu'un maxi-scoot genre Burgman). Grimper sur les bordures devient un jeu d'enfant. Et on peut même garer le Quadro sur des surfaces inégales: il suffira pour ça d'actionner le levier prévu à cet effet (blocage des roues+stabilisateur). En ville, nous avons été agréablement surpris par le rayon de braquage réduit: on tourne très court.... Et n'ayez pas peur de prendre de l'angle. Avec ses quatre roues le Quadro n'a jamais amorcé l'ombre d'un décrochage et ce, même lorsque l'angle maximal a été atteint. A ce propos, même dans des conditions d'adhérence très précaires (parking en terre du pic du diable et en gravier à la rivière d'abord) le grip ne faiblit pas. Attention néanmoins, les deux roues arrières sont fines et s'enfoncent sur terrain meuble ce qui, à vrai dire surprend mais ne déstabilise pas: on garde les gaz et la moto progresse gentiment. De même sur les freinages qui se montrent très rassurants. Même si nous vous déconseillons de serrer le levier gauche de toute vos forces, sur l'angle sur le parking du pic du diable (cf video) Dans ces situations extrêmes d'adhérence très précaires (sable, gravier, terre) il vous faudra être doux sur les commandes car pas de contrôle de traction ni d'ABS: pas vraiment un problème en conditions normales d'utilisation mais il vous faudra garder ça en tête lors de vos escapades hors goudron. Pour une utilisation urbaine du Quadro, le point noir est la taille du coffre. Il ne peut contenir qu'un intégral. Certes, le coffre est rétro éclairé, à une ouverture automatique (qui peut s'utiliser moteur éteint ou allumé), et est doté d'une prise 12v avec port USB...Ce qui ne résout pas le problème de place mais se montre très pratique. Cette restriction d'espace de stockage est dûe au moteur qui a été placé de manière centrale à cause des deux roues motrices à l'arrière (entraînée par courroies). Gardez alors en tête qu'un top case existe pour ce modèle (disponible en accessoire au prix de 399€). Et du coup... Plus de problème d'espace! Au chapitre de la praticité, le Quadro est simple mais efficace. Deux prises 12v une située dans le coffre l'autre dans un compartiment à l'avant (qui semble être étanche!). Un autre rangement, qui lui n'a pas l'air waterproof (mais on peut se tromper). Le tableau de bord dispense les informations classiques: compteur de vitesse, compte-tours, heure, trips... Et température extérieur. Si la dotation nous paraît suffisante, nous aurions préféré un désigne plus moderne, davantage en adéquation avec le style général de la machine. La ville c'est bien, mais comment ce comporte le Quadro en dehors? Sur les petites routes de la ligne des bambous, l'hybride moto/quad s'en sort très bien. On prend même plaisir à le mettre sur l'angle sur les voies viroleuses. Si les suspensions nous ont parues un peu sèches en ville, elles se montrent très efficace dans cette utilisation: elles permettent un bon grip, surtout associées aux quatre roues. Le bémol en peri-urbain est la puissance du Quadro. Les 90km/h sont atteints sans mal, on peut sans trop d'efforts tenir les 110km/h... mais pour aller au dessus (pratiqué sur route fermée ) ça prend du temps. Pour ceux qui pensent utiliser le Quadro pour relier le Nord au Sud par la 4 voies, sachez que c'est tout à fait possible (surtout qu'il est assez confortable sur voie rapide avec sa bulle et sa positon de conduite décontractée) mais gardez en tête que les dépassements au dessus de 110km/h risquent de réclamer un peu de patience de votre part...mais votre permis vous dira merci. Globalement, le Quadro est une bonne idée pour celui qui cherche un véhicule urbain à conduire avec le permis B, qui permet aussi de sortir de la ville et d'emprunter les voies rapides. Le tout, en gardant 4 roues. L'équipe de Motards.re conseille aux automobilistes qui envisagent le Quadro 4 de se familiariser suffisamment avec le véhicule avant de s'aventurer dans des manœuvres dans des espaces réduits (interfile, etc..). Nous irons même à vous inviter à vous former auprès de moto-écoles afin de maîtriser les rudiments du 2 roues (qui s'appliquent aussi au Quadro): à savoir slalom, freinage d'urgence, évitement...Pour pouvoir vous déplacer en toute sécurité. Intéressés par le Quadro 4? Allez l'essayer chez Boutik Moto à Saint-Pierre. 8 Rue Luc Lorion 97410 Saint Pierre Tel: 02.62.34.74.46 https://www.facebook.com/boutikmoto974/ (page Facebook) https://www.facebook.com/boutikmoto (profil Facebook)
  4. Essai - BMW S1000XR

    Les SUV et autres Crossover ont depuis plusieurs années fait leur place dans le marché automobile. Ces voitures aux allures de baroudeur, qui ont délaissé les capacités de franchissement au profit d'une sportivité assumée ont le vent en poupe. Le monde moto n'a pas échappé à cette tendance, et les constructeurs n'hésitent plus à emboîter des moteurs sportifs dans des motos qu'on pourrait prendre (à tort) pour des trails: Yamaha MT09 Tracer, Ducati Multistrada ou encore KTM SuperDuke GT. Un succès que les décideurs de BMW n'ont pas manqué d'observer. Et ça tombe bien, parce que s'il y a deux choses que les ingénieurs de la firme munichoise aiment faire, ce sont les motos haut perchées et les moteurs sportifs. La preuve en est faite avec la R1200GS qui affiche des résultats de vente insolents, à la Réunion comme dans le reste du monde, et la S1000RR qui joue l'épouvantail dans la quasi-totalité des épreuves où elle est engagée (endurance, stock etc). Le résultat, nous avons pu le tester sous la forme de cette S1000XR. Au premier coup d'oeil, on note le gabarit imposant, les phares faussement symétriques qui dominent le bec de proue, la large selle et le guidon haut. Mais ne vous fiez pas à ces airs tranquilles. Lorsque le regard s'attarde, difficile de ne pas remarquer la fourche inversée de 46mm, les étriers radiaux Brembo M4 et l'énorme radiateur qui font planner un parfum de sportivité. Le shifter présent sur notre modèle d'essai lève les derniers doutes quant à la moto que nous nous apprêtons à essayer: il va y a voir du sport. Nous prenons le temps de détailler la finition (de qualité, comme on est en droit de l'attendre d'une BMW), et de faire la liste pléthorique des équipements. Pour les baroudeurs et gros rouleurs: prise 12V, pré-équipement GPS, régulateur de vitesse, poignées chauffantes, et la possibilité d'équiper la moto de bagages. Des protège mains auraient été un plus à notre avis. Pour le quotidien: suspensions assistées, ABS pro qui tient compte de l'inclinaison de la moto lors de son déclenchement, shifter (montant ET descendant) qui rend l'embrayage superflu en roulant. Le traction control quant à lui assure une bonne adhérence dans les conditions du quotidien, voir dans de légères incursions hors des sentiers battus. Car si son faible débattement, sa roue de 17 et ses pneus route limitent les capacités de la S1000XR à quitter le bitume, elle reste capable d'emprunter les chemins carrossables dans des conditions acceptables. Il est temps de nous équiper car nous n'avons qu'une envie: tester ce moteur! Le 4 cylindres repris de la S1000R, lui même dérivé de la S1000RR affiche en effet 160cv, ce qui promet des sensations sur le parcours que nous avons prévu. Contact, démarreur et nous sommes surpris par l'enthousiaste pétarade: malgré son pot d'origine le moteur se fait déjà entendre. La selle, avec l'ESA, culmine à 840mm; ajoutons un réservoir assez large et les motard(e)s de moins d'1m75 devront être prudents lors des premiers débéquillages et des premières manoeuvres non motorisées. Le rayon de braquage est lui très satisfaisant. Les habitués du flat-twin des R1200 trouveront un centre de gravité plus haut que ce à quoi ils sont habitués. Dès que la moto est en route, et même à très basse vitesse, les manœuvres se font très faciles. Le guidon haut et large et les repose-pieds peu reculés permettent une position droite et confortable. Les commandes sont accessibles, on est quand même surpris de ne trouver qu'une commande d'embrayage ni hydraulique, ni réglable. La commande de gaz "ride by wire" répond très bien et se dose parfaitement, et le premier contact avec le frein avant (levier réglable) nous donne le ton en nous propulsant vigoureusement vers l'avant: les disques de 320 ne sont pas là pour décorer! Il faut en effet insister sur le mordant impressionnant de ces freins: ils sont à la dimension de la sportivité de la moto et contribueront à la sécurité. Le temps de rejoindre la route nationale et la position est trouvée, la circulation se raréfie, suspensions et cartographie sont en mode dynamique: il est temps d'ouvrir les gaz. On a beau avoir lu et entendu les plus belles déclarations sur ce bloc moteur, cela reste une expérience impressionnante. Le compte tours, le compteur de vitesse et le rythme cardiaque du pilote suivent la même courbe affolante. Cette moto est vivante, et elle prend vie lorsque le rythme augmente: le bruit de l'air qui s'engouffre dans l'admission, le cri du moteur rythmé par les envolées du shifter et les pétarades réjouissantes du pot ont tout pour affoler les sens du pilote et des voitures qui l'entourent. Cette montée en rythme révèle le seul vrai reproche que nous avons trouvé à faire à la moto: à partir de 4000 tours, des vibrations se font ressentir dans la poignée de gaz. Elles s'intensifient jusqu'à 6000 tours, pour ensuite se déplacer dans le cale pied droit, et enfin dans le réservoir aux alentours de 8000 tours. Cette sensation désagréable dans la poignée sera une bonne excuse pour utiliser le régulateur de vitesse et soulager la main droite. Ces vibrations restent surprenantes pour une moto de la qualité de la S1000XR, et les ingénieurs bavarois nous ont habitué à tellement plus de confort. Il y a fort à parier que cette caractéristique, déjà constatée par de nombreux testeurs, sera corrigée dans la nouvelle version présentée à Cologne. Mais pas le temps de s'attarder sur notre main droite, parce que ça pousse encore et encore, heureusement que le flash du shifter nous rappelle qu'il faut monter les rapports. Le compteur est d'ailleurs bien agencé et lisible. Inutile de dire que si vous êtes un tant soit peu dans les tours, les vitesses légales sont dépassées depuis très longtemps. On trouvait le moteur plein dès les premiers tours, mais au fur et à mesure de la progression de l'aiguille on réalise que sa pêche n'a quasiment pas de limite. En tout cas, moins que le pilote, ou que son permis. Car c'est là le gros piège de cette moto: bien qu'elle n'affiche pas un carénage de supersport, elle sera à prendre avec les mêmes pincettes. Bien sûr le danger est immédiat pour le permis, mais cette vitalité pourrait également mettre des pilotes trop enthousiastes en situation délicate. Pas que la moto soit piégeuse, au contraire le freinage les suspensions et le cadre sont au dessus de tout reproche et parfaitement adaptés aux vitesses atteintes par la machine. Mais il faut savoir garder la tête froide lorsque la moto nous permet de débouler plus de 2 fois au dessus des limitations en vigueur. La moto remplira parfaitement son rôle, mais il faudra que le pilote en fasse autant! Le passager pourra lui aussi apprécier la ballade, dans un confort rendu possible par de larges poignées et des cale-pieds isolés des vibrations par des silent-blocks aussi efficaces que peu esthétiques, le tout permettant une position peu contraignante. Attention aux passagers de plus d'1m70 qui risquent de recevoir les turbulences dont le pilote est épargné. En conclusion Vous l'avez compris, la S1000XR est une machine à sensations, qui offrira à un pilote averti une expérience de pilotage enthousiasmante, et des prestations de très grande qualité. Tout cela a un coût, mais comme on y est habitués avec la marque à l'hélice l'offre est à la hauteur du chèque à signer. BMW propose ici une moto qui offre une sportivité assumée, rendue accessible par une position naturelle et des équipements de pointe. Elle nous paraît tout à fait adaptée aux pilotes amateurs d'adrénaline, qui n'ont pas envie de se contorsionner sur une hyper sportive, mais qui souhaitent au contraire pouvoir enchaîner les ballades, même au long cours, en solo comme en duo. La S1000XR nous paraît parfaitement remplir sa mission. Retrouvez notre vidéo : http://www.motards.re/accueil/news/le-nouvel-essai-de-la-bmw-s1000xr-par-motardsre-r105/ On a aimé : La sportivité Les équipements de pointe Le freinage impressionnant On aurait préféré: Des vibrations mieux filtrées Quelques équipements de série en plus (feu de jour, embrayage réglable) Si vous voulez vous faire une opinion, ce modèle est actuellement à l'essai chez le concessionnaire: BAVARIA MOTO Zac Des Mascareignes Chemin des Anglais 97420 LE PORT Tél : 0262 49 86 61 Web : www.bmwmoto.re www.facebook.com/bmwmotoreunion Essai réalisé part @Petcho @DHB @Vincent Crédit photos: Maxime Haugomat pour motards.re - tous droits réservés.
  5. Essai Motards.re-DUCATI

    Salut motards, motardes. Le Vendredi 27 Mai est organisé une journée non-officielle d'essai à la Sogecore de St Paul (j'ai choisi St Paul dans l'espoir d'avoir du beau temps, étant donné ce que je vois, le temps est particulièrement dégelasse dans le sud ^^). Cette journée d'essai moto débutera vers 10h et durera toute la matinée (et peut être même une deuxième partie l'après-midi en fonction des participants). On pourra s'entendre pour trouver un lieu où manger le midi, mais on verra ca je jour J. Je vous prie de me donner une réponse au plus tôt concernant votre participation (pour que je puisse prévenir la concession). A notre disposition, nous aurons plusieurs modèles de moto: -Ducati MONSTER 1200 -Ducati MULTISTRADA 1200 -et une surprise. Je ne sais pas encore ce que ca va être ^^ Pour participer, il vous faudra vous munir de votre permis, de votre équipement et de votre chéquier (pour la caution). J'ai pas pu négocié la caution car ca fait partie de la politique de la maison (pas d'essai sans caution :/) Encore une fois j'attends des participants une réponse dans les plus brefs delais. Ps: Si vous participez, ca serait bien que vous mettiez un mot sur l'essai dans la partie du site qui lui sera consacré.
  6. Salut à tous, Aujourd'hui, j'ai pensé à ceux qui veulent changer de bécane et prendre du neuf! Mais aussi à ceux qui ne veulent pas changer de bécane mais qui se laisseraient séduire par un essai J'ai donc fais ma petite prospection auprès des concessions que je connaissais (j'étais sur saint-pierre...toutes les marques ou presque y sont représentées) Si j'ai oublié une concession, une marque, ou autre, n'hésitez pas à me le faire savoir. J'ai commencé mon petit tour par Moto2000 (Suzuki, Triumph, Mv agusta, Aprilia, et j'en oublie peut etre) Triumph -Street Twin cliquez pour plus d'infos sur le modele (c'est l'héritière de la Bonneville) -1050 Speed triple clic -675 Street triple clic -800 Tiger clic Suzuki -Vstrom 1000 clic -Vstrom 650 clic -Gsxs1000 clic MV Agusta -Turismo Veloce 800 clic Aprilia -SRV 850 clic Puis je me suis rendu chez Bourbon Bike (pratique, parce que juste à coté) Yamaha -MT-07 clic -MT-09 Tracer clic Et si vous avez de la chance XTZ1200 Super Teneré. Le véhicule est celui du patron, donc il va falloir faire une demande particulière pour l'avoir entre les cuisses Kawasaki -Z800 clic -Versys 650 clic Et enfin je suis allé faire un petit tour à la Sogecore Honda clic -Africa Twin 1000 -CB650F -CrossRunner 800 -CTX700 -Vultus -Nc750X Ducati -Scrambler -Monster 821 -Monster 1200S -Hypermotard 939 -Multistrada 1200 -Xdiavel Peugeot -Metropolis 400 Il se faisait tard, j'ai donc poursuivi ma prospection par téléphone. J'ai contacté Flying Twin Harley Davidson clic -Street 750 -883R -Forty Eight 1200 -Lowrider 1700 -Softail Fat boy 1700 -Softail Heritage 1700 -Road Glide 1700 Je suis rentré dans l'ouest de l'ile, mais toujours au telephone, Top Moto KTM -Superduke 1290 -Adventure 1190 Si vous voulez essayer d'autres modèles que ceux indiqués, des occasions peuvent vous être prêtées. Ils sont aussi distributeur MASH clic Et enfin Bavaria BMW clic -C650 Sport -F800R -R1200R -R1200GS/Adventure -S1000R -S1000XR Dans cette liste, qu'est ce que vous aimeriez essayer? Est-ce que votre future moto fait partie des modèles précédemment cités? Si vous êtes allés essayer une moto de la liste, hésitez pas a nous faire un petit compte rendu dans "On a testé" Ps: désolé pour les liens à cliquer, j'ai perdu patience au bout d'un moment
  7. Salut à tous, Aujourd'hui, avec certains membres de Motards.re, nous avons pu essayer la Triumph TIGER 800 XRx. Dans ce post je ne vais parler que de la sortie en elle même. Pour les avis, pour les photos et videos de l'essai, rendez-vous dans un autre sujet qui sera créer prochainement. J'ai travaillé la nuit de jeudi a vendredi. Je me suis donc reveillé à 12h car nous avions RDV a la concession Triumph du sud à 14h. J'envoie un message à @David via motards.re pour essayer de faire un bout de route avec lui. Pas de réponse (il n'était pas connecté a ce moment, pour sa défense) Avec @fidy j'ai plus de chance: un pré-depart est donc donné a son domicile pour 13h15. Surprise au point de RDV, son madame est là. En route vers le sud en passant par la cote. 13h45 On arrive à la concession, qui était deja ouverte (j'étais persuadé qu'elle ouvrait à 14h :/) On est bien acceuilli, on commence à faire les papiers, @MissDHB commence déjà à râler (c'est elle qui dépose le cheque de caution de 600€) 14h Arrive David 14h05 Arrive @Alarya et @Ida...en voiture! Bon j'avoue c'est un peu de ma faute, j'ai pas du être hyper clairs dans mes explications (je m'améliorerait pour les prochaines fois ^^) On papote, on cause. Départ de l'essai à 14h20 https://goo.gl/maps/VQjqM6rcYt92 Direction le rond point de la Cafrine, puis vers mont-vert pour ensuite prendre la direction de Bassin plat Et là, .... grande surprise, la route est complètement refaite! Pas une seule bosse, pas une aspérité (mais route assez sale, graviers, boue). Je m'attendais pas a ca...mais ca n'a pas l'air de déranger les premiers essayeurs (Alarya et Ida) Pas de off-raod pour eux. De toute facon, Alarya ne semblait pas en avoir très envie ^^ Après une petite demi-heure d'essai et plusieurs minutes de bla-bla, le second couple prends la bécane. Et Alarya/Ida nous quittent :'( Ida a un sal impératif qu'on appelle travail Fidy et Edwige en selle! Position basse de la selle activée pour notre Fidy national et son 1.20m J'avoue avoir eu un peu peur pour Edwige; elle avait mal au genou et je voyais pas comment elle allait faire pour escalader la Tiger Mais ca s'est bien passé et Fidy a l'air de bien s'etre amusé. Pour changer, au retour on est passé par la 4voies et fidy a bien apprécié les watts de la Tiger Retour à la concession, échange de pilote et David prends la route. On decide de faire le même itinéraire...mais à l'envers histoire de varier ^^ @Vincent nous croise en chemin et décide de nous suivre. David aussi a apprécié les watts du Tigre sur la 4voies. Au retour on se perd un peu, mais rien de bien mechant étant donné que Fidy connaît le chemin. Ca papote, ca plaisante et vient mon tour. Voulant voir ce que le Tigre avait dans le ventre je suis allé faire un petit tour en dehors des routes pavées https://goo.gl/maps/Z4exvLh4svG2 Le reste de la troupe m'a gentillement attendu. Je suis passé par le chemin de la Salette, de la ligne Paradis à la ligne des Bambous. Au retour, je croise Vincent qui s'en va (reunion pedagogique a ce qu'il parait) et David qui le suit de pas trop loin (entrainement à la course xD) Enfin, tout le monde se dit au revoir. Quoique.... Le commercial/responsable? de la concession propose a MissDHB d'aller faire un petit tour de Tiger. Elle est pas trop rassurée, mais ca ne se voit pas a sa conduite (elle pense surement a ses 600€ de caution ^^). On est resté en ville, madame ne voulant pas aller trop loin. Enfin, on rend les clefs au monsieur, on blablate, on papote et on rentre chez soi. Merci a tous pour votre participation a cette sortie. Désolé Alarya pour le manque de précision. Mais j'espere que vous avez pris autant de plaisir que moi
×